Faire des communes des boucliers sociaux et solidaires

le 19 mars 2014

bureau de vote

Dimanche, nos concitoyens sont appelés à voter pour le premier tour des élections municipales. Beaucoup hésitent à se rendre aux urnes. Comment pourrait-il en être autrement avec le marigot politicien qui couvre les difficultés de leur vie quotidienne ? Les seuls sujets qui différencient les formations politiques dominantes semblent  être  le jet de boules puantes, les mensonges, les camouflages en tout genre, l’organisation de coups bas et tordus. Le dégoût est profond. Si on y ajoute le mécontentement que provoque la politique gouvernementale, tout particulièrement chez celles et ceux qui avaient apporté leur voix pour que cela change, on mesure à quel point la tentation chez eux d’envoyer « tout balader » est forte. S’ils y succombaient, automatiquement ils survaloriseraient le poids de la droite et de l’extrême droite dont ils savent pourtant qu’ils n’ont rien à attendre de bon, bien au contraire. Comme quoi avec des motivations parfaitement légitimes, on peut atteindre des résultats à l’inverse de ceux recherchés. On peut ajouter au niveau de sa commune les choix nationaux et européens qui font si mal alors qu’au contraire il s’agit de faire de sa ville et de son village des remparts pour s’en protéger. Ajouter de l’austérité locale à l’austérité nationale aboutira toujours à plus d’austérité alors qu’il convient dimanche de se mobiliser dans les urnes pour défendre la commune, libre d’impulser avec les habitants de nouveaux projets utiles pour chacun, y compris en coopération avec d’autres.  En aucune façon, un salarié, un retraité, un chômeur,  un jeune, un créateur, aussi mécontent soit-il, n’a intérêt à « marquer des buts » contre son camp en favorisant, à son corps défendant, l’élection de représentants des partis qui depuis des années sont responsables du marasme que connaît le pays, avec des inégalités, des injustices et un taux de chômage record. Aucun n’a non plus intérêt à donner les clés de sa ville à l’extrême droite dont on a vu à quel point sa gestion des villes a été un fiasco veut faire du scrutin municipal comme un tremplin vers la conquête du pouvoir.

 

La quasi totalité des maires et des conseillers municipaux cherchent, par delà leurs sensibilités,  à être utiles à leurs administrés et à leur commune ce qui leur vaut d’être de très loin les élus les plus appréciés. Parmi eux, les maires communistes ont la réputation méritée d’écouter et de respecter la population, d’être sensibles à ses préoccupations et de toujours rechercher à l’associer aux choix à opérer et à leur mise en  œuvre.  Leur sensibilité au sort des plus défavorisés s’accompagne d’un esprit de justice et de rassemblement. Par les temps qui courent, si difficiles pour beaucoup, tout commande de les conserver et de permettre l’élection de nouveaux en votant pour les listes, du Front de gauche ou d’union, porteuses de projets communaux de progrès qui permettent au plus grand nombre de se défendre et d’améliorer la situation de tous.

 

Cela appelle des actions qui assurent à chacun l’accès à un logement de qualité, la sûreté et la tranquillité publique dans le cadre de choix innovants, combinant prévention, développement de l’éducation, action de la police et de la justice, mais aussi le développement des activités et de l’emploi.  Il s’agit de défendre et de promouvoir des services publics renouvelés,  permettant l’accès aux soins, à la culture, à une école de la réussite, à un accueil de qualité de la petite enfance, tout comme à des services aux retraités. De le faire dans le respect de l’environnement en misant sur une conception dynamique d’une démocratie locale d’un type nouveau qui a besoin des réflexions, des apports du plus grand  nombre pour dégager les solutions les plus efficaces comme pour permettre les mobilisations qui s’avèreront nécessaires pour obtenir les crédits indispensables au respect des choix des citoyens.

 

C’est sans doute d’un nouveau pas dans l’invention de la démocratie et du service public communal dont les municipalités ont besoin, afin de faire vivre les droits humains, qu’il s’agisse du droit au transport, au logement, au du droit à l’environnement et à la préservation de la planète.

 

Le désengagement de l’Etat, de connivence avec les institutions européennes, met en cause l’égalité des droits sur tout le territoire et porte en germe l’atteinte à l’unicité de la République. Tel qu’il est envisagé, le projet de création de métropoles ne répond pas à la légitime aspiration à changer les choses dans ce domaine aussi. En effet, il est beaucoup trop motivé par des aspects politiciens de recherche d’hégémonie politique qui mettrait en cause le principe constitutionnel de libre administration de la commune et aboutirait à la mise sous tutelle des collectivités par une d’entre elles, dès lors que seraient crées des collectivités dites « chef de file », c’est-à-dire ayant autorité sur les autres, où serait organisé des « pactes de gouvernance ». Ceci est contraire aux acquis démocratiques de la République française, puisqu’on évoluerait vers une centralisation des pouvoirs, qui éloignerait toujours plus les citoyens des lieux de décision. Or, les communes doivent être ces lieux où le cœur de la démocratie, de la co-élaboration citoyenne des choix, bat au rythme de la volonté des habitants.

 

Dimanche soir, tout le monde tiendra compte du vote des électeurs et pas seulement en vue du second tour. Plus clair sera le message sorti des urnes en faveur de choix progressistes, plus nos concitoyens seront armés dans leurs villes et villages pour se défendre et construire du neuf et plus le gouvernement entendra le sens où il devra aller. Encore faudra-t-il que celles et ceux qui y ont le plus intérêt consacrent une petite demi-heure à se rendre au bureau de vote. Ça vaut le coup !


13 commentaires


vigilant 19 mars 2014 à 18 h 11 min

soyons clairs ! si des socialistes s’engagent dans un liste menée par un maire Front de Gauche, cela signifie bien évidemment qu’ils adhèrent aux idées du FdG ; tant mieux ! cela présage de la nécessaire reconstruction d’une gauche… à gauche ; si des communistes s’engagent sous la bannière d’une tête de liste socialiste, qu’en conclure ?……..

ARCAS Denis 19 mars 2014 à 18 h 25 min

« …. un salarié, un retraité, un chômeur, un jeune, un créateur, aussi mécontent soit-il, n’a intérêt à « marquer des buts » contre son camp en favorisant, à son corps défendant, l’élection de représentants des partis qui depuis des années sont responsables du marasme que connaît le pays, avec des inégalités, des injustices et un taux de chômage record… »
Pourquoi Camarade,faudrait-il alors voter pour des têtes de listes Socialistes qui ,à travers leurs mandats de Députés ont voté tous les textes portant des mauvais coups aux Salariés???? Exemple dans ma région ,à PERPIGNAN.
Il serait temps de mettre ses actes en accord avec ses magnifiques écrits;lorsque ce n’est pas le cas ,tu participes « involontairement »à la désespérance de l’électorat qui ne s’y retrouve plus et qui risque de s’abstenir dimanche.

Michel Berdagué 19 mars 2014 à 19 h 02 min

Il n’ y a pas qu’ à Perpignan que je connais pas trop mal ayant milité au Comité C.G.T. de privés d’ emploi, que nous y allons avec un rassemblement au premier tour , comme à Paris où je vote . lorsque tu dis : « …têtes de listes Socialistes qui ,à travers leurs mandats de Députés ont voté tous les textes portant des mauvais coups aux Salariés ????  » , c’ est vrai qu’ il nous manque un max de députées – és ,nous en avons que les dix doigts de la main , et les luttes contre l’ ANI , contre le TSCG , l’ amnistie des syndicalistes … avec 50 voire beaucoup plus avec une dynamique pour le 1er tour des législatives peut-être une centaine de Fdg là le Medef et cireurs de pompes n’ auraient eu aucune  » chance » de faire passer de tels reculs pour la classe ouvrière et le prolétariat et au delà . Résultat douloureux : 2 191 899 se sont abstenus ou ont voté les promesses du Bourget après avoir approuvé le Programme , l’ Humain d’ abord ? C’ est incompréhensible le danger de recommencer 2002 était passé . Certains ont proclamé que c’ était à cause du P.C.F. ? Ben voyons c’ est comme ceux qui nous recommandent de perdre beaucoup d’ élus -es- pour en gagner beaucoup par la suite à la saint glinglin peut-être . Chat échaudé craint l’ eau froide. A 4 jours du scrutin des Communes grandes et petites votons pour un max de candidats communistes et Front de gauche .

Albert 20 mars 2014 à 0 h 52 min

« Le désengagement de l’Etat, de connivence avec les institutions européennes, met en cause l’égalité des droits sur tout le territoire et porte en germe l’atteinte à l’unicité de la République. » Dans ce cas comment peut-on soutenir des listes avec le PS qui met en place ces politiques ?
Par ailleurs, je m’insurge sur le fait de culpabiliser les personnes qui n’iront pas voter pour des listes soutenues par le PS qui mène une politique ultra-droite. Quelle est la différence entre la politique menée par le gouvernement PS-EELV et celui de Sarkozy ? Il ne faut pas inverser les responsabilités du vote de dimanche prochain. Le responsable sera le gouvernement quelque soit le résultat.

novelli robert 20 mars 2014 à 7 h 57 min

je ne ferai pas de long discourt car ce que j’ai lu de ton article et les commentaires ma que plus convaincu pour un vrai changements il n’y a qu’une solution voter pour les candidats du parti communiste

pellizzoni 20 mars 2014 à 10 h 53 min

pour ma commune il n’y a pas de liste de front de gauche, ils sont pour la plupart sans étiquette, et on connait leurs compétences ?

RABOTOT Robert 20 mars 2014 à 11 h 47 min

Ne changeons pas un cheval borgne par un aveugle, cela ne nous empêche pas de combattre la politique sociale libérale autant de fois et si fort que nécessaire mais ne nous laissons pas égarer en nous abstenant nous confions la destinées de nos communes à la droite et à l’extrême droite. Faisons en sorte que chaque fois que cela est possible nous élisions des conseillers municipaux communistes ou Front de gauche,Ne laissons pas faire le mauvais coup qui voudrait supprimer la moitié des communes de France. C’est par un véritable sursaut républicain que nous empêcherons toutes les tentatives destructrices de notre identité.

Le.ché 20 mars 2014 à 14 h 55 min

Si le maire porte le sigle FDG on est d’accord, on aura une politique sociale, qui défendra les services publics, mais si on élit un candidat
socialiste, quelle sera la politique menée?, alors que Hollande lui même est pour la suppression des emplois publics.

alain harrison 23 mars 2014 à 2 h 30 min

Bonjour

Oui M. Le Hyaric, braveau pour avancer que les communes peuvent et doivent être des boucliers contre ceux qui veulent nous contrôler.

« défendre la commune, libre d’impulser avec les habitants de nouveaux projets utiles pour chacun, y compris en coopération avec d’autres »

Voilà qui est dit et bien dit.

Ici au Québec, on s’en va vers des élections, mais la population n’est pas assez consciente du piège dans lequel nous mènes les trois partis de droites que sont le PLQ, la CAQ qui va probablement disparaître et le PQ à l’image sociale démocrate. À l’image seulement, il l’a démontré avec tous ses revirements par peur d’élection précipitée. Et vlan, en voilà une de précipiter. Avec un PKP très à droite et indépendantiste, pour un Québec des libertés des affairistes et des exploiteurs. Il ne faut pas oublier que le PQ est ne parfait accord avec les contrats états-multinationales derrières le projet de l’accord canada-europe.
Quel beau projet de pays.
Non, il y aura indépendance et union respectueuse sans frontière avec le canada quand le coopératisme réel s’établira.
Et quand les pays auront retrouvés leur Peuple Souverain et que les gouvernements joueront leur vrai rôle (commençons à élaborer le rôle du gouvernement maintenant, soyons proactifs… comment, est la première question à répondre. N’est-ce pas. Activons nos neurones). Élaborons la Constitution, tout est à faire.
Mais débarrassons-nous des idéologies qui divisent; questionnons les croyances qui divisent: comment autant de dieux, de créations, de rituels (certains ont sans doute un réel effet, donc ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain…).
Nos connaissances sur notre monde et sa réalité doivent être nos balises, qui changeront avec le temps.

Comment, est la première question à répondre.
En créant une dynamique continue par les citoyens, par la prise de conscience, la nôtre, des problèmes et des solutions.

alain harrison 23 mars 2014 à 2 h 44 min

Bonjour

J’ai envoyé ceci à Attac-Québec.
Mais les peuples ne peuvent que compter sur eux-mêmes. Quel que soit le parti au pouvoir, il devient vite seul maître à bord avec ses tactiques de cachottier pour conserver le piètre pouvoir de gérant que lui alloue la finance depuis 1913, date à laquelle la banque centrale U.S. (une entité du gouvernement) est passé aux mains du privé. Pour cacher ce fait, les polichinels nous disent que la banque est indépendante du politique pour éviter toute….influence indue…je ne sais quel mot employé, le mot juste..
Mais , nous pouvons constater (la population en général qui s’informe avec l’abondance d’info vérifiable) que, depuis quelqes années, que le système bancaire est bel et bien aux mains d’entité privé (les économistes formant la soi-disante élite…)

Aussi, il faut sortir de la mécanique de la réaction (devenue du maniérisme !?!?) qui traîne dans le silllage des tactiques et de la stratégie de la finance, comme la mafia qui devance toujours la police. Cela n’est pas dû au hazard mais à des politiques qui favorisent l’essort du crime organisé et de la finance organisée: au premier chef: l’OMC.
C’est cette institution qu’il faut ammener devant une audit, une commission publique internationale avec de réelles conséquences. Et devant la justice. Mais pour arriver à cela, il faut une pression orchestrée à l’échelle du tier de la population.
Le tier de la population au Québec équivaut à conscientiser 1.5 à 2 millions de citoyens sur 8 millions moins les enfants.

Ha oui, il s’avère qu’il y a des anomalies: voir l’article dans le devoir, les samedis 22 et dimanches 23 mars 2014. ACTUALITÉS p. A10.

Titre: L’inscription de nouveaux électeurs sème le doute dans les bureaux de scrutin montréalais.

Le Québec, allias république de bananes. Pierre Falardeau a toujours raison.

Elvis Gratton est le sujet de multiples films québécois réalisés par Pierre Falardeau

alain harrison 23 mars 2014 à 2 h 52 min

Bonjour

Un citoyen qui a compris que le piège de la finance est simple: celui qui contrôle l’argent a le contrôle.

On nous chante que l’économie, c’est très complexe, on utilise des formules mathématiques et autres conceptes non applicables à notre échelle qui trouvent leur place en physique fondamentale. Pour les appliquer en comptabilité, ça c’est de la pure manipulation. Pour le fonctionnement des ordinateurs, pas de problème. Mais pour manipuler l’internette, ça c’est autre chose !?!? Il va falloir une audit et une commission publique en règle sur le sujet.

Y a du boulot sur le long terme et c’est le ménage.

Mais pour les solutions fondamentales à mettre en place, il s’agit de conscientiser le peuple, à court terme.

La mise en place est du court et du moyen terme.

Préparons la mise en place des élections à la proportionelle dès maintenant.

Préparons la mise en place du revenu de base dès maintenant.

Mettons en place des coopératives autogérées à temps partagé dès maintenant.

Le mouvement humanisant offre la possibilité de la mise en place d’une éducation juste.

Les tables de réflexion informelle à temps partagé peuvent servir de pédagogie en même temps que de conscientiser.

C’est une question d’organisation minimale……

À l’échelle des communes
Small is beautifull, ça vous dit quelque chose.

alain harrison 23 mars 2014 à 3 h 18 min

Le commentaire à Q.S.

Bonjour
Québec Solidaire prétend être le parti de l’alternative pour un meilleur monde.
Pourtant vous ne dites mots sur:
le passage du mode de travail capitaliste qui relève du plus ancien phénomène qui est celui de « l’exploitation de l’homme par l’homme » au mode coopératif du travail (pour que le travail devienne une activité), les coopératives autogérées à temps partagé couplé au revenu de base sans condition et pour tous, pour mettre fin à l’exploitation et aux chantages financiers.
Pour que tous retrouvent la dignité « intrinsèque d’être humain » en mettant en place une éducation juste (justesse) et en retrouvant sa liberté (de toutes croyances fabriquées par l’homme _ nous avons les connaissances pour le démontrer) de participer pour chacun selon son propre sens.
Pour cela, il faut créer une dynamique qui implique la société entière. Développer des moyens d’actions démocratiques de participations citoyenne, par les citoyens.
Les tables de réflexions informelles à temps partagé préoccupées des solutions universelles que tous reconnaissent sans anbiguïté.
Deux choses bloques la participation:
1: le temps, la disponibilité. Le temps partagé et une organisation souple et intelligente est la solution.
2: les responsabilités rebutent la pluspart et est trop souvent récupérer par vous savez qui.
Le temps partagé et les rencontrent informelles, car il s’agit de se conscientiser, est la réponse à se problème. Il s’agit d’un véhicule d’un point de conscientisation à un autre.
Il s’agit de créer un dynamisme de conscientisation: conscient d’un problème et de sa solution. Nul besoin d’une idéologie qui divise.
Seule la perception claire du problème et de sa solution peut unir .. Quand la maison brûle, les arguments prennent le bord..
Est-ce que la maison brûle?
Pour vous est-ce une idée ou un fait (krishnamurti).
Alors, posez-vous la question, quels sont les points universels dont tout le monde dépend.
Il y en a, en réalité, peu et facile à reconnaître.
Je viens d’en nommer trois, les plus essentiels, les plus fondamentaux. Mais pour cela, il faut en prendre réellement conscience et leur implication de changement.

L’Amérique du Sud a pris conscience
Et nous au Québec.
Monsanto est ici-même.
Avez-vous vu le document: OGM, vers une alerte mondiale.
Aucune réaction de nos médiats, silence radio.
Mais vous Québec Solidaire, parlez-vous des vrais affaires comme Couillard, qui porte bien son nom. Il n’a pas fait de décret pour favoriser un peu plus la privatisation du système publique de santé(PQ PLQ même combat, la CAQ va disparaître sans doute), non il n’a fait que mettre le cadre « juridique » pour l’avaliser. Bien des terriens ont signé Monsanto !?!? Ha oui, ce cher Charles Sirois dans la course à l’accaparement des terres. Nous savons ce que cela veut dire pour les populations paysannes dans le reste du monde…

Brésil: les 30 ans du Mouvement des Sans Terre et la haine des médias
by Solidarité avec le Mouvement des Travailleurs Ruraux Sans Terre
adresse;
http://mouvementsansterre.wordpress.com/2014/03/20/bresil-les-30-ans-du-mouvement-des-sans-terre-et-la-haine-des-medias/

Mais comme parfois on se gourt: Dans le devoir du sam.22 et dim. 23 mars 2014. PA8
À gauche, toute
Mélanie Loisel

Dans leur promesse, le Q.S.:…..à offrir un revenu minimum garanti annuel de 12600$…
C’est une promesse irréaliste. Parce que nous sommes sous la domination de croyances remacher par une multitude de perroquets (un bon nombre font de très bon salaire, la pluspart ne pensent pas par eux-mêmes, etc..)

Quelqu’un disait: 95% des gens préfêreraient mourir plutôt que de réfléchir.
J’ai essayé de retrouver l’auteur….

Mais pour se comvaincre du ridicule de la croyance dans les patrons comme les créateurs de richesses, d’emplois..
Voyez le petit cartoon: les patrons sont-ils indispensables ?

Krishnamurti: voir la vérité d’une chose.

Essentielle 4 avril 2014 à 13 h 20 min

Je suis suis d’accord avec vous, très on article 🙂

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter