Eté 2010… Les dangers et les possibles

le 26 août 2010

Où va la France ? Cette interrogation, on l’aura entendue mille fois au cours de cet été 2010 qui se retire. Le soleil a souvent brillé sur notre pays, mais il a souvent fait sombre dans les yeux et les cœurs. L’angoisse, l’inquiétude étreignent de plus en plus de familles qui comprennent  bien que le pouvoir veut leur faire payer une crise dont ils ne sont pas responsables.

Ceux qui parlent à la télévision et à la radio semblent ne pas connaître, ni entendre cette France qui travaille dur pour gagner moins et qui paie toujours plus cher son carburant, son électricité, son gaz, ses transports, son contrat d’assurance.

A lire certains magazines, on comprend qu’ils ne sortent de Neuilly ou du 16ème arrondissement de Paris que pour rejoindre les réserves de riches à Deauville, Saint-Tropez ou au Cap Nègre.

Cet été 2010 avait pourtant  commencé avec cette puissante manifestation pour le droit à la retraite à 60 ans.
M. Sarkozy croyait pouvoir la camoufler en faisant venir Thierry Henri à l’Elysée. Quel événement ! La honte jetée sur la France par une équipe de football qui aura plus occupé  les gazettes que le malheur de vingt millions de Pakistanais, de milliers de Chinois touchés par des intempéries ou des russes suffocants dans un brasier commencé on ne sait comment.  Tout ceci ne peut que faire réfléchir encore sur les modifications climatiques. Réfléchir aussi sur la jungle capitaliste qui, en Russie, a éliminé par économie les gardes forestiers. Mais cet été, c’est aussi la beauté et le succès de nos athlètes aux championnats d’Europe d’athlétisme et de natation. Les coureurs français qui ont brillé au Tour de France. Mais l’un de mes amis, fin connaisseur, Antoine, nous dit de nous méfier de ceux qui dans le Tourmalet sont plus puissants qu’un cheval tirant une charrette.

C’est aussi ce crime commis dans le Golfe du Mexique par le mastodonte British Petroléum dont on essaie de nous faire croire que le pétrole s’est soudain évaporé, alors qu’il dérive sous la mer ! Encore la recherche du profit.

Cet été 2010, c’est la reconnaissance des mathématiciens français. Cela  appelle sûrement à redonner plus de moyens à l’université, à la recherche, au moment où il faut inventer vite un nouveau mode de développement, pas pour financer en douce une industrie par des exonérations fiscales et sociales alors qu’elle détruit 250 000 emplois, ou encore l’industrie pharmaceutique qui s’est gavée  sous couvert de grippe A qui n’a heureusement pas été aussi dangereuse qu’annoncée. Cet été 2010 c’est aussi la solidarité des journalistes et de milliers de citoyens pour ne pas laisser Hervé Guéquières et Stéphane Taponier croupir aux mains de barbares dans les montagnes afghanes.

Cet été 2010,  ce sont aussi de nouveaux coups de poignards dans le pacte républicain porteur du progressisme à la française. L’annonce fin juin de cent cinquante mesures pour réduire les investissements sociaux et publics que le pouvoir et les biens pensants appellent au mieux « dépenses », au pire « coûts », les fermetures des hôpitaux publics, le refus d’impulser une grande politique de fret SNCF, alors que l’excès de camions n’étouffe pas que la circulation, la suppression de cent mille emplois dans les services publics. Des rédactions bruissent pour savoir si c’est de la rigueur. Ne nous fatiguons pas. Cela s’appelle austérité ou purge sociale.

Oui, l’austérité amplifiée programmée, encore aggravée la semaine dernière au fort de Brégançon, qui fera mal, très mal aux familles, aux milliers d’entre elles qui n’ont pas pu partir en vacances comme à celles qui doivent désormais se priver jusque sur leur alimentation dans nos quartiers populaires.  Heureusement, le Secours Populaire aura, en cette fin du mois d’août, apporté un rayon de soleil à des dizaines de milliers d’enfants en leur offrant une journée de vacances.

Cela n’a pu que rendre encore plus insupportable les découvertes par des millions de nos concitoyens des cratères d’injustice  remontés à la surface avec l’affaire « Woerth-Bettencourt ». Cette connivence, cette protection entre  les milieux de la finance et de la droite au pouvoir. La plus grande fortune de France bénéficie d’un chèque de l’Etat de 15 millions d’euros grâce au bouclier fiscal, un ministre fume 12 000 euros de cigares, un autre  utilise un jet privé pour 170 000 euros. A côté de cela, le jeune du quartier est laissé sur le bord du chemin, son copain a trouvé un travail mais pour moins de 800 euros par mois, un autre revient dans le quartier parce que son usine réduit l’emploi et arrête son contrat d’intérim, et le retraité lui n’a à peine que 700 euros par mois. Que sait-on de cette vie dans les beaux quartiers et les palaces de Saint-Tropez ? Rien ! C’est le cadet de leur souci !

Cela  provoque un immense dégoût, accélère encore bien des déceptions, un immense rejet aussi de la politique et beaucoup de colère. D’autant que le Président est super menteur ! Il avait promis que travailler plus ferait gagner plus. Le 25 juillet il promettait aux ouvriers de Saint-Nazaire du travail pour des bateaux qu’il n’avait pas vendus.

Les quartiers, les villages, les usines, les bureaux transpirent de cette colère. Elle peut être saine. Elle peut être dangereuse aussi parce que détournée, au cœur d’un champ d’impuissance.

Le Président de la République s’y emploie en déclenchant une vaste opération qui surfe à la fois sur deux thèmes :  la sécurité et l’idée que nous vivrions au dessus de nos moyens. Il faudrait donc accepter toujours plus de sacrifices et d’autoritarisme. Parlons clair !

L’insécurité et la délinquance progressent. C’est un fait. Mais n’est ce pas ce même M. Sarkozy qui en avait fait une priorité de son action, bien avant qu’il ne soit Président ? Il a même fait voter … trente trois lois pour cela. C’est un fait, aujourd’hui, des bandes attaquent des bus, des services publics municipaux. On attaque, on insulte les enseignants, les conducteurs de métro, les pompiers et les policiers. La violence s’accroît et ce sont les plus démunis qui en subissent d’abord les conséquences, en plus de la régression sociale. Comment en est-on arrivé là et qui cela sert-il ? Mais comment se procure-t-on des armes de gros calibres dans ce pays ? Qui fournit la drogue ? Ces trafics enrichissent qui ? Des actes de vandalisme, de délinquance, de criminalité ne peuvent être confondus avec des démarches révolutionnaires. Au contraire, ils poussent au conservatisme, à des régimes durs. Cela sert M. Sarkozy.

Cet été 2010, le discours présidentiel de Grenoble, le dernier jour de juillet, aura été une trace noire de plus. Une nouvelle fissure béante s’est élargie dans le mur de nos belles valeurs qu’on croyait à jamais gravées.

Pour la première fois au plus haut niveau de l’Etat, le garant de la Constitution et des principes républicains a assimilé délinquance et immigration et fait comprendre qu’il pourrait y avoir deux catégories de Français. Il ne parlera pas de la criminalité financière, du vol, du travail et de l’avenir de millions de jeunes, du saccage des usines et de l’emploi par de grands maîtres de la finance. Et son programme de réduction des dépenses publiques élargira encore les zones de non droit.

Car la sécurité passe aussi par la reconquête de territoires grâce aux services publics, à l’école, à la formation professionnelle, à l’apprentissage et à une sécurité du travail correctement rémunéré, à un programme d’aide à l’amélioration des quartiers et de l’habitat, à un refus des ghettos et de la misère, à une police bien formée, respectant les gens et les jeunes. La sécurité, c’est le vivre ensemble et non la division, la stigmatisation de certains contre les autres. Les œuvres du ministre de la police, condamné pour racisme, sont dégoutantes, honteuses, blessantes pour notre peuple lui-même. Il n’y a plus de journaux télévisés sans l’équivalent du bulletin météo : le nombre d’expulsions égrené comme une banalité. Nous sommes confus, meurtris que désormais une commission de l’ONU, que de nombreux responsables de l’Eglise catholique, des journaux étrangers  puissent montrer la France du doigt pour racisme et  xénophobie. Au pays des droits de l’homme. La clique au pouvoir en fait le pays des droites contre l’homme ! Qu’ils prennent bien garde ! La désignation de boucs émissaires n’effacera jamais les scandales d’Etat et le cancer des injustices et du chômage.

Améliorer la vie quotidienne exigera de mettre fin au racket par les actionnaires sur le travail, au détournement d’argent vers la spéculation et les paradis fiscaux, l’accumulation des profits par les banques qui devraient avoir obligation de créer un système de crédit au service de toutes et tous.

Quel contraste en cet été 2010 avec ce peuple qui a vibré dans les festivals et fêtes de l’été pour se retrouver, communier, chanter, danser, se cultiver. Il y a dans cette ambiance, le désir de se solidariser, de se parler, un désir de fraternité.

Quel contraste entre les fortunes accumulées, la vie des stars et du Président de la République, détaillées sur papier glacé et la vie dans nos quartiers qui se consument du chômage, de la pauvreté et du mépris, dans les villages où les paysans perdent leur vie à chercher à la gagner. Il y a là deux mondes et cela se voit de plus en plus.

Cet été 2010 aura élargi encore les fractures, les ruptures impulsées par le sarkozysme pour plier de force la France aux canons de l’ultra libéralisme le plus échevelé.

Mais beaucoup de nos concitoyens sentent que ça ne peut plus durer longtemps. La révolte gronde. Elle ne doit pas être détournée dans de dangereux chemins de traverse. N’oublions jamais cette phrase de Gramsci : « C’est lorsque l’ancien se meurt et que le nouveau ne parvient pas à voir le jour, que surgissent les monstres ».

M. Sarkozy joue avec le feu. Nous ferons tout pour que la fécondation des monstres n’ait pas lieu.  Tous les progressistes doivent s’unir pour élaborer et faire valoir une autre politique, préparer un autre pouvoir, imaginer une autre société, aider « le nouveau à voir le jour ». Politique, non pas au sens d’ambition de pouvoir, mais d’organisation nouvelle de la société pour les êtres humains et l’environnement. Pas au sens d’un anti-sarkozysme d’estrade. N’en déplaise à M. Cohn-Bendit. A quoi sert de chasser M. Sarkozy pour qu’un autre démolisse le système des retraites et impose l’austérité ?

Politique à qui il faut redonner ses lettres de noblesse. Cela n’est possible que si nous nous y mettons toutes et tous. Cette demande est forte. C’est ce que dit une majorité de nos concitoyens en faisant connaître leurs désirs de gauche. Mais, pour réussir, la gauche doit se mettre au diapason des exigences citoyennes. C’est le sens du projet d’un pacte citoyen pour le progrès social et démocratique, pour radicalement changer l’ordre des priorités. L’humain et l’environnement d’abord.

Cette demande grandit en cette fin d’été 2010, ce sera le sens de la manifestation du 4 septembre et du 7 septembre pour les retraites. C’est la première fois que nous terminons l’été par deux grandes manifestations unitaires.

C’est l’humain qui battra au cœur de la Fête de l’Humanité, les 10, 11 et 12 septembre. Faire une grande Fête de l’Humanité c’est sortir de l’atmosphère étouffante et nauséabonde du sarkozysme, c’est donner de la force aux projets neufs pour la justice, l’égalité, la liberté, la solidarité. L’Humanité. Où va la France ? A nous d’y faire grandir l’humanité. A nous, au peuple uni de prendre son destin en main.


0 commentaires


costes colette 26 août 2010 à 9 h 12 min

je viens de lire votre edito ci-dessus et je patage votre analyse de la situation de la France!!!.
Je constate qu’il n’y a pas une journée ou il n’y ait pas une nouvelle mesure de sarkozy et de son gouvernement qui touche les plus démunis !!!
Nous sommes retraités et bien que nous ne faisions pas parti des riches nous arrivons à joindre les « 2 bouts »,mais jusqu’a quand !!!.
Nous lisons l’huma tous les jours et espérons qu’il arrivera à paraitre longtemps !
Amitiés
C.costes

BIGONSKI Suzanne 26 août 2010 à 10 h 45 min

c’est une magnifique intervention. Merci Patrick

Colvert 26 août 2010 à 12 h 39 min

Enfin un journal en France qui a la franchise et le courage de montrer le vrai visage actuel de notre pays gouverné comme »Le Titanic » et amené vers l’abîme si les citoyens de « l’équipage » n’en reprennent pas rapidement le contrôle de la barre et des machines.

Nb :nous avons fait un article d’illustration d’une partie de l’Édito sur:
http://spartakoid.no-ip.org/

surmely alain 26 août 2010 à 17 h 33 min

Tous les ingrédients paraissent réunis pour que la rentrée des « vacances » se fasse sur des chapeaux de roues.Tout indique que le mouvement social s’engage sur un chemin historique.Aucune raison de s’inquiéter mais beaucoup de raisons d’espérer:le mouvement social,en France,a toujours été,avant même les formations politiques y compris progressistes,la locomotive de l’émancipation,des libertés individuelles et collectives,de la volonté de changement.Daniel Cohn-Bendit en a été une figure marquante,importante même. Son rôle aujourd’hui,loin d’être négligeable,est plus « politique ».Notons au passage qu’Europe écologie appelle à manifester le 4 septembre prochain,dans quelques jours.Nous ne pourrons changer la donne qu’à condition de rassembler le plus largement possible toutes celles et tous ceux qui se reconnaissent dans les valeurs du progrès social et de l’émancipation humaine.Seule l’ampleur de notre mobilisation permettra de créer les conditions pour que demain nous parvenions à changer la donne.Le mouvement social n’est pas d’inspiration aristocratique mais d’inspiration populaire et démocratique.C’est pourquoi son poids et son écho est considérable.

Colvert 31 août 2010 à 10 h 01 min

Bravo :Mobilisons nous TOUS dans la rue, comme le précise Bernard THIBAULT à 4 vérités (france2) le 31 août, pour combattre cette réforme néfaste !
http://spartakoid.no-ip.org/

Lahousse 30 août 2010 à 3 h 14 min

Merci , pour avoir si bien formulé l’état des choses en France ,
Je rajouterais le rôle des principaux médias qui ne portent tjs que les mêmes voies et qui d’ailleurs font l’objet d’attention particulière de notre gouvernement ( cf tout les récents changement de direction TV , journaux , humoristes … )

Une question : y a t il des gens qui anticipent un chaos économique et social du coté des partis de gauche ?

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter