Capitalisme pharmaceutique contre santé

le 12 mai 2021

(AFP)

L’éditorial de L’Humanité Dimanche du 13 au 16 mai 2021 – par Patrick Le Hyaric.

Fruit d’une campagne internationale menée par les Etats du Sud avec l’aide des Nations unies, des organisations et élus progressistes du monde entier, des prix Nobel et d’anciens chefs de gouvernement auxquels s’ajoutent désormais les Etats-Unis, la levée des brevets sur les vaccins sera à nouveau à l’ordre du jour cette semaine d’une réunion extraordinaire de l’Organisation mondiale du commerce. Une victoire devient possible.

Malheureusement, l’Union européenne et le président de la République continuent de s’y opposer. C’est dire leur servilité à l’égard des grands laboratoires pharmaceutiques qui se gavent en ce moment même sur la souffrance humaine et l’angoisse des populations. Moderna vient d’annoncer 1,2 milliard de dollars de profits ce premier trimestre et dispose de plus de 8 milliards de trésorerie. Pfizer annonce pour sa part un profit de 4,5 milliards de dollars.

Les actionnaires de ces groupes pharmaceutiques font fortune parce qu’en amont de la production, ce sont les deniers publics qui financent la recherche et l’innovation tandis qu’en aval, les Etats leur achètent, dans l’opacité totale sur les prix, des milliards de doses de vaccins, plaçant ainsi ces entreprises en situation de rente.

Ces grands groupes dépensent infiniment plus d’argent pour rémunérer leurs actionnaires que pour aider la recherche. Contrairement à la fable que nous a servie M. Macron au Sommet européen de Porto, loin de « financer l’innovation », ils ne font que s’accaparer le travail des chercheurs et des travailleurs de la chaîne de production et de distribution.

Ainsi le concept même de « l’ARN messager » du vaccin Pfizer est le résultat des travaux des professeurs Monod et Jacob menés dans les années 1960 et qui leur ont valu le prix Nobel. Ce même vaccin a été développé par des entreprises de biotechnologie BioNTech et Moderna grâce aux travaux d’une chercheuse de l’université de Pennsylvanie, Mme Katalin Kariko. Le vaccin Astra Zeneca a été mis au point par les équipes du professeur Sarah Gilbert à l’université d’Oxford. Le vaccin  Moderna s’appuie sur un long travail de recherche menée par le « National Institute of Health » américain sur la protéine baptisée Spike des coronavirus. C’est bien la recherche fondamentale académique de long terme qui sert la santé publique. Les groupes industriels ne font que se servir en créant des rentes par l’achat de la propriété intellectuelle devenue marchandise.

La levée des brevets devrait donc être naturelle et s’accompagner d’un transfert de technologie organisé et planifié sous égide des Nations unies grâce à des financements internationaux. Il faudrait élargir les missions du programme COVAX (1), aujourd’hui portion congrue, en organisant des financements coopératifs pour que ces pays se dotent des outils de production, de stockage et de distribution. Car laisser le virus se déployer dans un pays, c’est condamner le monde entier à le voir déferler.

Cette pandémie met à jour la division internationale du travail organisée par le capital mondialisé et qui crée des situations de dépendance propres à conforter les logiques impérialistes. Un nouveau monde de coopération, de partage des savoirs, des avoirs et des pouvoirs frappe à la porte. Le combat pour la levée des brevets doit donc encore s’amplifier. Au-delà, les médicaments et vaccins, doivent être considérés comme biens communs publics, comme les entreprises qui les produisent. Défricher les chemins inédits du post-capitalisme est bien à l’ordre du jour tant le capitalisme pharmaceutique fait chaque jour la démonstration patente qu’il s’oppose à la vie elle-même.

(1) COVAX (COVID-19 Vaccines Global Access) est une initiative lancée par l’Organisation mondiale de la santé visant à assurer un accès équitable à la vaccination contre le Covid-19 dans 200 pays.


12 commentaires


alain harrison 15 mai 2021 à 1 h 55 min

Comme on le sait, la pandémie est révélatrice du délabrement collatérale de « l’ensemble » intensifié depuis les années 80. Et la question de plus en plus inlassable est, qui est au commande politique ?
Différents partis au pouvoir ont délesté les prérogatives de l’État de Droit, en promulguant des lois « « alambiquées et de favoritismes » ».
Et les parlements du Canada et du Québec n’en sont pas exempts.

Maintenant, seul les pays dit « progressistes » tentent de redonner ses lettres de noblesse au mot Démocratie, en faisant du socialisme la base ou fondement du nouvel État que l’on devine. Le Vénézuéla, depuis Chavez, est en pleine voie exploratrice, à fortiori des attaques inlassables de la part de l’Occident, qui ne peut admettre que le changement est inévitable (voir l’Évolution Naturelle et de l’hominisation
à aujourd’hui), et que ce n’est pas par ses tours de passe passe, mais par une vision d’ensemble lucide et nuancée, les avancés dans les domaines en tenant compte de leur juste place.
Jacquard.
Oui a toute la connaissance, non à toutes ses réalisations.
Krishnamurti.
Voir la vérité d’une chose.
Marx.
Se mettre à niveau et se concentrer sur les clefs de voûte ( La Cotisation en fût ?)

alain harrison 15 mai 2021 à 1 h 59 min

Pour éviter toute ambiguïté.

attaques inlassables de la part de l’Occident qui ne peut admettre que le changement est inévitable

Moreau 15 mai 2021 à 8 h 56 min

Il est très rare que monsieur Harrison et moi, on puisse se rejoindre, or il y a dans son commentaire du 15 mai 2021 deux points communs pour peu d’en avoir la bonne continuité respectivement : celui de penser au-delà de la pandémie mais plus en projection d’un avenir résolvant les urgence et le droit de chaque Homme à la vie simple complètement piétiné malgré des efforts sous la présidence de monsieur Macron pour le rétablir, rendus insuffisants par la pandémie ; qu’en retour sur le passé.
Plutôt que de parler tout le temps de clefs de voûte, monsieur Harrison devrait parler au moins une fois des clefs de la locomotive DEMOCRATIE de la république universaliste, pour la république universaliste, la seule république humaine en construction mais…

Les extrémistes en France
Ils sont tous pour la dictature
Et pour les guerres de violence
Et pass’nt à l’as leurs violences
Les violences de l’empire russe
La France n’est plus la France
Du vingt et unième siècle
La société peut êtr’ inquièt’…

La dictature est l’opium des Puissants trop puissants !

Monsieur Harrison pense et fait savoir : « Maintenant, seuls les pays dits « progressistes » tentent de redonner ses lettres de noblesse au mot Démocratie, en faisant du socialisme la base ou fondement du nouvel État que l’on devine. Le Vénézuéla… » ; mais une crise fratricide avec de vraies victimes et des fléaux qui n’ont jamais été aussi nombreux, tous plus insurmontables les uns que les autres avec tout ce que ça représente de passage sous silence des uns, et de surmédiatisation défigurante des autres (masques, masques tombés, masques tombants…) atteste pour tous les gens honnêtes même s’ils ne sont pas parfaits ; que le progressisme finit comme un vent mauvais, plus passéisme qu’universalisme ; et donc qu’il ne peut pas faire vivre le mot Démocratie, démocratie fraternelle étant la seule démocratie universelle qui se reconnaît par ne laisser personne dans l’impossibilité de réaliser l’une des destinées authentiques de sa vie simple rêvée à partir de l’enfance et des lectures, à partir de la culture populaire majeure, car si les populismes faisaient rêver et réaliser les Hommes, cela se sauraient depuis longtemps

Monsieur Harrison, n’a pas, j’ignore pourquoi, les clefs de la locomotive Démocratie, et ce n’est pas avec telle ou telle clef de voûte qu’il démarrera la locomotive Démocratie, comprenons-nous ! Bigre ! Il y pense mais en vain comme en atteste son commentaire du 15 mai 2021.

Le Vénézuéla, au-delà de tant d’années de pouvoir de gauche mais de gauche voûtiste, et non de gauche locomotive, n’a toujours pas publié sa constitution de république originale authentique universaliste, et donc difficile voire impossible de faire plus l’unanimité…

Il n’y a dans le fond de ma pensée aucune « attaque inlassable », place donc à la pensée universelle.

alain harrison 18 mai 2021 à 0 h 08 min

Bonjour M. Moreau.

Le concept de « clef de voûte » est tout simplement pour désigner un phénomène qui est en lui-même synergique et dont les effets collatéraux sont vitaux pour l’ensemble.

Serengeti, les clés de notre avenir. (à partir de 57 mon 34…….Documentaire)

Où j’ai trouvé ce concept.

Vous savez, les reproches fait aux communistes et aux socialistes, pour moi sont justifiés en regard des innovations délurées du néolibéralisme. Comment dire

Trop c’est comme pas assez. Trop de retard sur les avancés humaines et d’un autre côté, on tombe dans le futile. Et combien est rendu confus la notion du besoin et de l’artifice.

Démocratie, c’est dire que le pouvoir politique appartient au Peuple: qui oriente l’économie au service du pays, santé , éducation, salaire, etc…. le partage.

L’universalisme qui peut s’appliquer à tous , indépendamment de la culture, de la langue, etc…partagé.

Clef de voûte: agir là où le changement réel peut s’opérer. Ou bien on continue avec le système théorique libéral et ses effets, ou bien on instaure un nouveau paradigme économique qui ouvre sur une alternative. En passant, le système théorique capitaliste est mondialisé. Comment dire Universalisé.
Il y a le but et les moyens. Si les moyens sont justes le but le sera. Mais, il faut compter avec la mauvaise foi. Une digression: les 4 de l’apocalypse. Métaphore.

alain harrison 20 mai 2021 à 4 h 39 min

Vous parler du Vénézuéla, mais comme le mainstream, de la bien pensance néo-libérale, vous oubliez de dénoncer le blocus immonde États-Uniens avec le suivisme indéfectible de l’UE, qui parle toujours des deux coins de la bouche, comme l’ONU d’ailleurs, selon l’info en continue.

Votre universalisme est inapplicable dans l’UE, tellement l’extrême droite (principalement dans les pays d’UE de l’est) et le crime organisé (spécialement en Italie), et soutenu par les nostalgiques de la monarchie et de Vichy en France. Chaque pays doit se prendre en main pour défaire cette UE-système. Quand la maison est pourrie , il faut la mettre à terre et reconstruire sur des bases nouvelles et consensuelles (et oui, de longues discussions pour arriver à un consensus acceptable pour les pays intéressés à refonder une union européenne viable du point de vue humain et non monétairement obtus comme cela le devient de jours en jours , avec toutes les manipulations pour redonner encore et toujours du lustre à ce système financier crapuleux, qui est en train de planifier son plan d’affaire (justification imbattable): pandémie, endettement et austérité, tout cela sous couvert de la bonne gouvernance et de la rigueur,

Universelles, un terme qui ne rejoint personne, une utopie. Déjà que la concertation ne débouche pas sur le consensus au sujet des grands obstacles qui bloquent toute solution durable à des problèmes récurant ou de toujours comme la malnutrition dans les pays riches même (les US en sont un bon exemple__ sans parler du sous-financement de l’éducation (un problème récurent).

L’Éducation est la clef de voûte pour contrer l’ignorance, en l’occurrence l’éducation publique obligatoire (nul ne doit ignorer l’histoire et sa complexité… une bonne formation générale…). Bien sûr il doit y avoir de l’espace pour le para-scolaire (sport, etc.) L’enseignement des croyances doit se faire ailleurs. Il faut refonder la stratégie éducative*

S’il faut attendre le soulèvement universel, le système a commencé à nous digérer à l’aide de ses institutions digestives (FMI, OMC, paradis fiscaux…….le système UE).
D’ailleurs, l’UE n’a plus besoin des US pour s’enfoncer de plus en plus dans la financiarisation et la privatisation des états, Y a rien qu’à voir comment les états de l’est UE s’y sont lancés.
Le sort de la Grèce nous permet de voir le réel visage de l’union européenne, un amalgame d’états disparates et près à crucifier pour continuer leur course pour une plus grosse part du gâteau.
Toute décision dans quelque domaine que ce soit viendra de Bruxelles, ce qui est déjà le cas.
Les US voulaient faire de l’Amérique Latine, des régions spécialisés, comme les Gafas et leurs entrepôts aujourd’hui. Ainsi l’UE sera ?

Continuez à encenser Macron par la bande. Vous êtes ni de droite ni de gauche, mais dans la culture et le sport universaliste. Le capitalisme communiste universaliste républicain, avec à la clef la voie royale du travail et des besoins suffisants pour chacun.
Alors que la technologie adéquate permettrait pour tous de travailler minimalement et de poursuivre leur vraie orientation et s’épanouir tout en participant minimalement à subvenir au bien commun. Le communistes ont aussi des ajustements à faire.

Apprendre à faire des liens entre des choses qui semblent n’avoir aucun lien, demeure un principe à enseigner, mais adéquatement.

Pour une introduction, voir le documentaire : Le stress portrait d’un tueur
https://www.youtube.com/watch?v=_sE7c52qzWk

La vue d’ensemble.
Pour une introduction
Crime contre l’humanité, l’ultime retour des barbares (article historique).

Mais, encore faut-il être vraiment intéressé, à savoir, à trouver une alternative viable, mais aussi émancipatrice pour l’humain. Pas seulement la survie et la servitude, ce qui pointe pour nos descendants.

Nous sommes dans la période historique de la désinformation: l’application à grande échelle du principe manipulation-conditionnement. Et la moyenne des gens ignore cet aspect de notre condition humaine. La lecture du chapitre 1 du livre de Jean-Marie Abgrall, tous manipulateurs tous manipulés, est urgente. Nous ignorons totalement les effets collatéraux de la pensée sur nos vies, qui nous semble accorder (granted), adapter à nos vies sans remettre en question ses effets collatéraux.

Le terme « collatéral » peut avoir autant d’influence, quand à son usage abusif sur le plan social, que l’est le terme « relatif » . Je ne sais si vous l’avez remarqué. Et de là à tout amalgamer….. ce qui rend l’information sans forme. Tout comme la PUB accrocheuse, ces compagnies qui se paient des psychologues talentueux, pas nécessairement intègre__ les enfants de la surconsommation (documentaire).

Mais hélas, la banalisation éteint tout prise de conscience, par manque d’attention (erreur de perception, Krishnamurti).

alain harrison 20 mai 2021 à 5 h 24 min

Apprendre à faire des liens entre des choses qui semblent n’avoir aucun lien, demeure un principe à enseigner, mais adéquatement.

Pour une introduction, voir le documentaire : Le stress portrait d’un tueur
https://www.youtube.com/watch?v=_sE7c52qzWk

Ces dernières décennies ont montré qu’ il existerait des liens entre la niveau psychologie (macroscopique) et la génétique (microscopique), comme le démontre le documentaire (stress, portrait d’un tueur) Bien sûr, il faut avoir envie d’apprendre pour se libérer du vieil esprit de l’ancien monde, qui sera le principal obstacle à l’épanouissement humain, dont nous sommes à l’orée.

alain harrison 20 mai 2021 à 6 h 47 min

«« Le Vénézuéla, au-delà de tant d’années de pouvoir de gauche mais de gauche voûtiste, et non de gauche locomotive »»

Bien sûr, le Vénézuéla a à prendre des initiatives « risquées », nais n’en prend-il pas depuis la venue de Chavez. En suivant les pas du Vénézuéla (Venezuela infos et Bolivar Infos). On s’aperçoit de la complexité du parcours vers une alternative. La révolution est bien plus une exploration difficile qu’un cri de ralliement. Car, par quoi remplacer ? C’est pour cela, la Constituante citoyenne, et plus important participer à sa préparation (le contenu, comment l’aborder……). Pas par des slogans.

chb 15 mai 2021 à 11 h 04 min

La levée des brevets, un minimum. Macron feint d’y être soudain favorable, mais on connaît ses filouteries.
En fait, ces brevets n’auraient pas dû être offerts à des labos privés, vu le financement public de la recherche !
Sans idéaliser la rectitude morale des états (leur responsables étant si souvent menteurs, corrompus et/ou incompétents), on observera que le phénomène de captation du bénéf par le privé pendant que les pertes sont socialisées s’accompagne trop souvent d’arnaques éventuellement meurtrières : cf. les divers scandales et amendes que traînent ces labos aujourd’hui honteusement favorisés – et exonérés des effets secondaires !
Les très spéculatifs vaccins, auxquels on octroie abusivement le statut de « seule solution » jusqu’à les rendre obligatoires ou presque, sont encore en phase d’expérimentation, notamment sur les effets préjudiciables à long terme. C’est seulement l’urgence mondiale qui leur a permis, pour une maladie à 1% de létalité, de prendre tout un chacun pour cobaye à travers le monde. Nos gouvernements ayant majoritairement interdit les médicaments pour soigner, le rapport bénéfice/risque de cette politique exclusivement vaccinale est artificiellement enjolivé, créant comme l’explique Patrick Le Hyaric
« des situations de dépendance propres à conforter les logiques impérialistes »,
mais aussi propres à détruire une bonne partie de l’économie mondiale, et à dégrader les rapports humains, et à détruire la capacité de peuples à peser sur les orientations politiques.
On apprend (par la bande) que le vaccin est parfois dangereux, qu’il ne protège pas si bien que ça, qu’il est encore largement refusé malgré la pression médiatico-politicienne, qu’il favorise un contrôle encore plus étroit des populations… et voici que notre « générosité » est convoquée pour l’imposer aux pays pauvres ? Quitte à repousser aux calendes l’allégement de leurs dettes…
Il serait bon d’analyser les différents aspects du dispositif Covax, avant de lui conférer la médaille humanitaire : positif ou pas, il sert déjà ici à booster l’acceptation par les masses de ce vaccin « privilège » et néanmoins problématique.

alain harrison 19 mai 2021 à 0 h 27 min

CHB

Merci pour cet éclairage.

Espérons seulement que d’ici les élections de 2022, une grande masse de citoyens prennent conscience des liens: système capitaliste, plan austérité et consortium de contrôle.

La Terre est sur peuplée et seule une Éducation Juste (dans le sens de justesse) pourra aider nos descendants ( la vision globale).

vultaggio-Lucas 15 mai 2021 à 15 h 49 min

Il est évident que cette pandémie mondiale sera très lucrative pour ceux qui ont misé sur l’innovation. Mais, que penser de l’acharnement dont est victime le vaccin anglo-suédois d’AstraZeneca du fait d’un effet indésirable rare mais non négligeable, qui comme l’héparine très utilisée comme anticoagulant, provoque des thromboses veineuses. L’interdiction de ce vaccin dans certains États occidentaux ou sa limitation d’emploi selon l’âge en particulier, ne concerne pas le vaccin américain de Johnson§Johnson qui a pourtant le même effet indésirable… Il parait que le directeur actuel d’AstraZeneca avait promis l’an passé de fabriquer avec l’équipe de Oxford, un vaccin anti-covid peu onéreux. Ce qui est le cas puisque ce vaccin serait vendu au prix de 2 ou 3 euros alors que le PfizerBioNTech serait à 12 euros et son directeur aurait prévu une augmentation à 22 euros… En 2014, il paraitrait que le laboratoire Pfizer voulait racheter le laboratoire AstraZeneca pour des raisons d’avantages fiscaux en Europe. Cet achat qui a été refusé par le laboratoire anglo-suédois. Ne serait-il pas l’objet d’un règlement de compte sur le dos des populations touchées par le SARS-CoV-2 de par le monde?

jean claude bricault 15 mai 2021 à 19 h 16 min

bravo fabien

jean claude bricault 30 mai 2021 à 21 h 26 min

vivre l’humain

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter