Banditisme d’État

le 20 juillet 2021

L’éditorial de L’Humanité du 20 juillet 2021 – par Patrick Le Hyaric.

Qui, dans les chancelleries européennes, peut sans fard prétendre qu’il ne savait pas ? La vaste opération menée par plusieurs États visant à soutirer les informations contenues dans des milliers de téléphones grâce à un logiciel espion fabriqué en Israël par une société liée à son ministère de la défense, est connue depuis quatre années désormais. Des régimes qui piétinent allégrement les droits humains en ont bénéficié pour écraser la voix des démocrates, pourchasser les oppositions politiques et espionner journalistes, avocats ou responsables politiques. Avec à la clef harcèlements, emprisonnements, assassinats… La lutte contre le terrorisme a décidément bon dos !

Ce silence devient complicité. Pourquoi aucune explication n’a été demandée ni au pays hôte du logiciel, ni aux États qui en font usage contre leur population? Il aura fallu qu’un consortium de journalistes s’y penche de plus près pour briser l’omerta.

Le président de la République ne peut rester inerte, sauf à se faire complice de ce banditisme étatique. Il doit exiger des comptes, notamment au gouvernement israélien avec lequel l’Union européenne est liée par un accord d’association. Car une question se pose : Israël use-t-il du commerce de son logiciel comme d’une monnaie d’échange pour garantir son impunité et ses positions géopolitiques ? Une question loin d’être anodine alors que les rapprochements se sont multipliés précisément entre Israël et nombre des régimes incriminés, dont le Maroc, l’Arabie Saoudite, les Emirats, le Rwanda ou encore la Hongrie, seul pays européen embarqué dans cette barbouzerie.  

La France et l’Union européenne doivent également suspendre les accords d’association avec le royaume du Maroc qui cible des journalistes français, dont notre collègue et amie Rosa Moussaoui, coupables d’avoir eu le courage de révéler le sort atroce réservé à des journalistes marocains. Pour bien moins que ça, d’autres pays sont actuellement placés sous un sévère régime de sanctions.

Dans la course effrénée aux nouvelles technologies, les pouvoirs politiques et les forces économiques ont acquis une puissance inédite pour surveiller et réprimer. Les citoyens ne doivent pas rester seuls face à cette sous-traitance de la surveillance qui menace gravement nos libertés, dont celle d’informer.

La France doit saisir le Conseil de l’Europe sur ces agissements délictueux et criminels et travailler avec l’ONU à la mise en place d’une convention internationale de lutte contre ces armes numériques qui violent nos intimités autant qu’elles menacent nos libertés.

Patrick Le Hyaric
Directeur de l’Humanité

________

L’Humanité met en accès libre les articles, les enquêtes et les reportages de sa journaliste Rosa Moussaoui sur les mouvements sociaux, les violations des droits humains et la répression de la presse au Maroc.

N’hésitez pas à partager. Aucun logiciel espion, aucune menace, aucune intimidation ne réduira l’Humanité au silence.

Retrouvez, en accès libre ci-dessous, tous les articles de Rosa Moussaoui sur le Maroc depuis 2016  : ici


2 commentaires


Moreau 21 juillet 2021 à 13 h 20 min

Dans « Banditisme d’Etat », Etat devrait être écrit au pluriel à bien lire l’article incriminant au nom d’un anti-banditisme qui parle de banditisme de plusieurs Etats. Le Conseil de l’Europe a aussi un travail à faire ; mais la France a aussi un travail à faire.

Il arrive encore malgré plus de quatre années d’alternance de la République en Marche que des personnes de la classe créative française soient victimes d’anonymes.

Les Anonymes, les Espions, ne sont pas la République du vingt et unième siècle, la France au vingt et unième siècle devrait être à l’abri de cela et la lutte contre la pandémie ne justifie pas que tout ça continue. Les personnes qui créent et pensent en leur nom sont déjà plus elles et donc plus dignes de confiance ; mais encore fallait-il, encore faut-il, en parler aux gens.

Et puis les pays concernés et la France la première, doivent refonder la République. La refondation de la République française et européenne est nécessaire et indispensable face à tant de problèmes ; et pour refonder plus la République que la République en Marche l’a fait pendant plus de quatre années, il faut plus de vraie gauche, il faut plus de gauche aux valeurs universelles authentiques. Sans quoi, le banditisme qui est donc sans frontières, emportera tout comme le changement climatique. Ça fait assez longtemps que des personnes du Peuples le disent ou l’écrivent. Bon nombre sont des Françaises et des Français qui pensent que les Hommes politiques sont excessivement trop lents à réagir contre la destruction de la république en cours de refondation puisque ça fait plusieurs années qu’elle a été annoncée en refondation, depuis bien avant l’élection du président Macron. Cette promesse fondamentale est encore en somme peu tenue, notamment par l’illisibilité de la gauche alors que l’extrémisme de droite pousse à la fausse république en remplaçant même l’Allemagne réunifiée par l’Angleterre brexitée « grâce » à la Russie de Poutine et à l’extrême droit française pour ce qui en est le plus connu en France.

La France a beaucoup de travail à faire, ce n’est pas seulement au Conseil de l’Europe et à l’ONU de travailler même s’ils doivent travailler.

alain harrison 25 juillet 2021 à 1 h 56 min

Un moratoire (obligation de résultats) sur une question comme celle-là, ne peut être réalisé, si et seulement, que par une Constituante Citoyenne. Par les citoyennes et citoyens. Quand la classe moyenne se réveillera.

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter