1947- 1967- 2017 Maintenant la Palestine…

le 13 janvier 2017

Au terme de la conférence internationale du 15 janvier dont elle a pris l’initiative, la France se doit, comme l’ont fait 137 autres Etat, reconnaître l’Etat de Palestine. Nos amis Palestiniens comptent beaucoup sur ce forum international qui verra plus de pays participant qu’en juin dernier. C’est une petite flamme d’espoir au milieu de tant de bourrasques et d’orages. Avec le vote de la résolution 2334 au conseil de sécurité de l’ONU, elle peut constituer un nouveau point d’appui pour tous les démocrates, les humanistes, les hommes et les femmes de raison qui ont fait leur le projet de 1967 : deux Etats vivant côte à côte dans la paix et la sécurité avec Jérusalem comme capitale.

Ne pas intervenir reviendrait à abandonner plus encore le peuple palestinien, chaque jour victime du vol de ses terres, de son eau, de ses logements, de la mainmise sur Jérusalem, et de l’état de siège permanent sur Gaza de la part du gouvernement réactionnaire, ultranationaliste qui siège à Tel-Aviv. Ce dernier mise d’ailleurs publiquement sur l’échec de la conférence de Paris dont il prétend « qu’elle éloigne de la paix ». La résolution 2334 est la 226ème du conseil de sécurité réaffirmant les droits des deux peuples israéliens et palestiniens à disposer d’un Etat et condamnant la colonisation. Malgré celles-ci l’occupation n’a cessé de s’amplifier jusqu’à atteindre le chiffre de 430 000 colons en Cisjordanie. Et, voici que le Parlement Israélien discute de la possibilité de régulariser cinquante lieux présentés comme « des avant-postes »de colonies dites « sauvages ». Or, la résolution 2334 adoptée avec la bénédiction de l’administration Obama est nette. Elle affirme que l’implantation des colonies « constitue une violation flagrante du droit international et un obstacle majeur à la mise en œuvre de la solution à deux Etats et à l’instauration d’une paix totale, juste et durable ». Elle demande en conséquence aux autorités israéliennes « de cesser immédiatement et complètement toute activité de colonisation dans les territoires Palestiniens occupés, y compris Jérusalem-Est et de respecter toutes ses obligations légales dans ce domaine ». Ces résolutions ne verront pas le jour s’il n’y a pas une pression internationale ; un mouvement populaire international large, déterminé et puissant. On a vu combien le gouvernement israélien sûr de sa force et de l’impunité, voire de l’appui de gouvernements des pays occidentaux, se contrefiche des textes, des parlotes et des conférences réclamant simplement le respect du droit international. Il agit de surcroit, à l’ombre des drames du Proche et Moyen Orient de Syrie, d’Irak, du Yémen, et se sert de l’omniprésence des fanatiques guerriers de L’Etat Islamique pour justifier la répression et l’occupation de la Palestine. Or, c’est la non-reconnaissance de la Palestine qui est l’une des causes des ressentiments du monde arabe. Il faut donc maintenant des actes clairs !

L’attitude des Etats-Unis lors de la réunion du conseil de sécurité a été courageuse tout comme le discours de John Kerry. Mais il ne peut être crédible tant que des pays occidentaux offriront par brassée à Israël, les armes servant à bombarder les enfants de Gaza et à maintenir la Cisjordanie sous le féroce joug de l’occupant. Certes, l’Union européenne finance des infrastructures en Palestine mais elle les laisse détruire par les bombardements israéliens comme si de rien n’était. Fort de plusieurs résolutions du Parlement européen et de plusieurs conclusions du conseil européen elle doit, avec le renfort de la force juridique de la déclaration 2334, franchir une autre étape : celle des sanctions. La voie est déjà ouverte avec l’obligation de l’étiquetage des produits provenant des colonies. Il faut maintenant une grande campagne populaire européenne pour suspendre l’accord d’association « Union-Européenne-Israël ». Une telle décision pourrait avoir vite des effets. On se souvient à quel point les sanctions ont permis de mettre fin au régime d’apartheid en Afrique du Sud dont il faut rappeler que le prisonnier Nelson Mandela était tout autant qualifié de « terroriste » que ne l’est Marwan Barghouti aujourd’hui.

Oui, il faut maintenant passer aux actes pour réparer cette terrible injustice de l’histoire. Le peuple israélien en serait aussi le premier bénéficiaire tant pour sa sécurité que pour son nouveau rôle positif dans la région.

Dans ce contexte, un acte de reconnaissance de la Palestine par la France aurait une grande signification politique et morale. Il rencontrerait des aspirations profondes inscrites au tréfonds des cœurs des peuples arabes, de tous les démocrates et des partisans d’une paix juste et durable.

Que M. François Hollande produise cet acte maintenant ! Et ça comptera !

9 commentaires


COIN 13 janvier 2017 à 23 h 53 min

69 ans que dure cette injustice; tant que les nations laisseront faire, elles ne pourront connaître la Paix .

COIN 13 janvier 2017 à 23 h 56 min

69 ans que dure cette injustice inégalée; tant que les nations de la terre laisseront faire, elle ne pourront pas connaître la Paix.

Dubois 14 janvier 2017 à 22 h 05 min

Ce hyaric a un seul souci, un seul but.
Comment se faire réélire. Il a trouvé.
Taper sur Israel pour satisfaire sa clientèle musulmane.
Lamentable. Comme le parti et journal qu’il représente.
Il espère aussi que les musulmans achèteront son brûlot.
Peine perdue, ils se foutent de lui, de son canard et parti moribond

FRITOT ROSELYNE 15 janvier 2017 à 21 h 52 min

Paix avec Justice pour la Palestine ! SVP, Monsieur le Président Hollande et les dirigeants de tous pays , nous vous supplions avec insistance d’acter la reconnaissance de ce pays si digne, si courageux, si opprimé jusqu’alors…,avec l’application des résolutions de l’ONU.
Nous croyons encore en votre humanité. Respectueusement .
Roselyne Fritot.

amine bouchenaki 15 janvier 2017 à 22 h 38 min

Excellent article Monsieur P Le Hyaric qui décrit l’état de colonisation
d’humiliation ,d’expropriation ,d’apartheid du peuple palestinien .
Avant le départ du President Hollande au septennat très controverse ,
un geste de reconnaissance d’un Etat Palestinien en conformité avec
le droit et la résolution de 1948 de l’ONU serait une sortie honorable et
importante dans l’Histoire de la France et à son honneur car la paix
et la fin du terrorisme connaitront une fin au Moyen Orient et donc pour Israel
Tres courtoisement

alain harrison 15 janvier 2017 à 23 h 21 min

Bonjour.

69 ans pour la Palestine.
Plus de 50 ans pour Cuba.
Depuis l’arrivée de Chavez au Vénézuéla.
Le Chili d’Allende, quelques années de survie de la révolution « progressiste » !
Et combien d’autres à recenser avant un oubli définitif.
Pauvre Afrique, distordue avant et après les indépendances vite massacrées.

Mais la prédation n’est pas seulement le fait des US, soyons précis le complexe militaro-industriel-bancaire et du 1%, dont les Desmarais et leur influence au niveau de l’établissement du marché, non négligeable sans doute. Il y a sans doute bien des choses à apprendre.

La Chine et la Russie ont leur 1%, décliné en mafia sans doute connecté aux crimes organisés qui sont très persuasif comme l’histoire récente nous le démontre.
Un tournant dans la monté en puissance du crime organisé:
À considérer sérieusement.
Histoire et conséquences de la prohibition des drogues
http://www.publications-universitaires.qc.ca/?p=734

La tâche qui nous attend est immense.
Il y a le court terme sur lequel les plus grandes énergies doivent être mises systématiquement, dont les 4 sorties pour mettre KO L’AECG-TAFTA.
Libérez les énergies pour agir et non être maintenu dans la réaction épuisante et sans lendemain.
Cela devrait être compris.
Alors l’UE sera réformable avec la nouvelle garde élue par les peuples directement point. C’est la seule démocratie élective. Les représentants de toute instance quelque soit le niveau de gouvernance est le fait et uniquement le fait de l’élection par le Peuple.
Et L’UE, la nouvelle garde qui sera portée aux différents postes (révocable (lignes)par des mécanismes inscrit et lié aux rôles dévolues de l’UE, les balises en seront les lignes à suivre, tout manquement, décidé par les peuples).
Donc, il y aura tutelle des instances de l’UE, le temps nécessaire à sa réforme de fond en comble.
Mettons 10 ans !? Le temps que la crise fasse son travail d’épuration.

Voilà pourquoi, la gauche devra avoir un agenda concernant les changements de fonctionner pendant cette période. Et chaque pays devra se remettre en question, et cela les peuples devront s’y mettre.
Rien ne se fait tout seul, et nous avons à réfléchir sur un méchant paquet d’affaires.

Mais pour que le peuple soit en mesure de participer pleinement, il faut encore qu’il en est les moyens, d’où certaines exigences en contre parti du revenu de base inconditionnel. Et oui, une contradiction, mais pour le passage, le temps de vie libéré est essentiel, ainsi que le passage du privé aux coopératives, pour que la population entre progressivement et en respectant les rythmes individuels à l’acclimatation lié nécessairement aux changements qui seront incontournables.
Le Révolution sans Violence ne s’improvise pas mais ce prépare par les débats, discussions (familles, amis…..) les ateliers sur des points précis, etc…
Et tout ça doit commencer le plus tôt possible.
D’ailleurs dans les débats de la gauche ( PS Kapout et le PCF doit se brancher) pour les présidentielles, cette question de participation conditionnelle lié au revenu de base doit être mis en relief.
N’oublions pas qu’il y a une démarche à faire, et que la participation du peuple en est la Pierre Angulaire.

Il ya toute une logistique qui devra être mise en place, mais si nous savons bien choisir les priorités, donc les solutions synergiques, la logistique participative sera possible. Tout dépendra de la conscience de chacun chacune de voir et de concevoir l’alternative à laquelle tous participerons à mettre en place et les modifications à apporter à point nommé.

Dans la mesure que nous verrons globalement, l’alternative sera possible.
Par exemple, la nouvelle économie, sa conception fonctionnelle.

Chauvancy Marc 17 janvier 2017 à 18 h 25 min

Pour une Palestine qui retrouve ses terres libre et souveraine!

Chauvancy Marc 17 janvier 2017 à 18 h 28 min

Pou une Palestine qui retrouve ses terres ,sa liberté, sa souveraineté

mounier-maredia 18 janvier 2017 à 15 h 26 min

L’implantation des colonies en Palestine heurte profondément les consciences humaines et fait naître chaque jour de nouveaux conflits armés qui nuisent à l’installation d’une paix durable, d’or pour ces habitants confrontés aux armes, au quotidien de la guerre, à la violence des conflits.

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter