Urgence !

le 1 avril 2015

Hollande Valls

Il est certain que si rien de nouveau ne se passe à gauche, les inquiétants phénomènes électoraux issus des élections départementales, après ceux des municipales et des européennes, se reproduiront et s’amplifieront.
Nous en appelons donc au débat et à l’action pour que le couple Hollande-Valls cesse ce cynisme consistant, défaite après défaite, à expliquer qu’il mène la seule et meilleure politique possible. Celle qui accroît mois après mois le chômage, la précarité et taillade le pouvoir d’achat des familles populaires, alors qu’elle permet aux actionnaires d’empocher d’énormes dividendes, issus des profits de grandes multinationales. Ces dernières bénéficient de réductions d’impôt, de cadeaux sociaux, que paient les travailleurs et les petites et moyennes entreprises sous-traitantes. Au lieu de porter un projet de justice et de progrès social, voici que le Premier ministre veut encore précariser plus le travail avec son projet de contrat unique.
C’est avec cette logique qu’il faut rompre d’urgence !
Refuser de s’y engager continuerait à élargir le lit d’une droite de plus en plus arrogante et réactionnaire qui veut aller encore plus loin en ce sens et d’une extrême-droite surfant sur le désespoir et la division de la société. Elle a été copieusement servie, à la fois par le Premier ministre et les grands médias qui l’ont placée au centre du débat avant le premier tour et par M. Sarkozy, déclarant toute la semaine dernière, pour tenter de s’en différencier, que l’extrême-droite avait le même programme que le Front de gauche.
Assez de ces jeux politiciens qui poussent la France vers l’aventure.
Assez de cette surdité au sommet de l’Etat qui, non content d’avoir trahi les engagements de la campagne présidentielle, veut pousser plus avant les feux d’un libéralisme qui ne mène qu’à l’impasse et peut engager le pays dans le scénario du pire.
Si nous nous réjouissons que l’extrême-droite lepéniste ne dirige aucun département, nous ne pouvons cacher, ni sous-estimer l’ampleur de ses scores dans un scrutin local et les ambitions qu’elle nourrit pour les élections régionales et présidentielles.
Aucune statistique ou extrapolation électoraliste ne peut faire fi des différences de modes de scrutin et de situations. Chaque élection a ses particularités et ses logiques. L’oublier peut conduire à de sévères déconvenues pour les uns et à des triomphes pour les autres. Qu’on ne compte pas sur nous pour favoriser le scénario dont rêve l’extrême-droite.
Mais ce n’est pas l’appel permanent à l’unité sans contenu, qui n’est qu’une manière d’imposer l’alignement sans discussions derrière l’exécutif, qui nous permettra d’y parvenir. Certes, la désunion est un lourd handicap. Mais c’est précisément parce qu’il a été décidé à l’Elysée et à Matignon qu’il n’y aurait pas de débat sur une autre politique sociale, économique, écologique, alternative que nous en sommes là. La thèse lancée en pâture depuis quelques jours sur un tripartisme, ancré dans le pays, sert à cela. Les classes dominantes sont ainsi protégées et servies par un pouvoir se réclamant du parti socialiste. Elle camoufle et rejette l’immensité des forces abstentionnistes qui n’en peuvent plus du sort qui leur est fait et qui, pourtant ne demanderaient qu’à se mobiliser pour une politique et un projet répondant aux intérêts populaires et nationaux.
Continuer à raisonner ainsi revient à abandonner définitivement les classes populaires et les jeunes laissés dans le désarroi. Il faut donc en finir avec les contre-réformes régressives et lancer vite le débat sur de nouvelles réformes de progrès, visant à améliorer le sort des travailleurs, des créateurs, des plus défavorisés, des jeunes et des retraités tout en promouvant un nouveau type de développement humain durable. Il s’agit de fédérer la société et non plus de la diviser en désignant des boucs émissaires, responsables des difficultés. La voisine, l’étranger ou la personne de confession musulmane ne sont pas la cause des difficultés. La responsabilité en incombe à la loi de l’argent-roi qui domine tout, écrase tout, fracture et précarise les vies personnelles et collectives.
La mal vie prend sa source dans l’inégale répartition des richesses, dans le pillage et l’exploitation du travail, le mépris des humbles, quand l’élite liée à l’oligarchie s’accapare tout et dicte ses lois contre l’intérêt général.
Le pays est entré dans un état d’urgence !
Une nouvelle période politique et sociale, inquiétante à beaucoup d’égards avec une droite et une extrême-droite dominantes, commence.
Face au danger, les citoyens progressistes, de toutes tendances, doivent se réunir, se parler, agir ensemble et se solidariser pour chercher des réponses neuves, citoyennes et populaires, adaptées aux conditions de notre temps, afin que revive une gauche sociale, politique et écologique, utile, combative, populaire, efficace.
Le bon report des voix au second tour des départementales -qui a d’ailleurs permis que des départements comme le Val de Marne ou la Seine-Saint-Denis restent à gauche-, montre que dans les villes, les localités, les entreprises des citoyens aux opinions diverses, mais partageant le même souci d’amélioration de la vie des familles populaires, du recul du chômage, de défense du service public, la même aspiration à l’égalité et la justice, à la démocratie et au vivre mieux ensemble, le même rejet du racisme, de l’antisémitisme et de la xénophobie, peuvent se parler et agir ensemble. Ils pourraient se retrouver pour exiger ensemble des mesures immédiates d’amélioration de la vie comme des augmentation des salaires, des retraites et des prestations sociales, la transformation des emplois précaires en emplois stables, un moratoire sur les plans de licenciements et des actions pour obtenir un nouveau rôle des banques et du crédit pour l’investissement industriel et de services créateur d’emploi s’inscrivant dans la transition environnementale, la suspension de la décision de réduction des dotations aux collectivités territoriales, ainsi qu’au service public de la radio et de la télévision, un moratoire sur les expulsions locatives, l’arrêt du débat sur la loi Macron, des initiatives nouvelles pour refonder la construction européenne, à commencer par le contrôle de l’utilisation des mille milliards d’euros que la Banque centrale européenne débloque, l’arrêt des discussions sur le projet de traité transatlantique. Ceci constitue quelques orientations immédiates pour le débat et l’action commune. Si les travailleurs et les citoyens se font entendre, des évolutions importantes sont susceptibles d’intervenir dans les rapports entre les soutiens du Front de gauche, des communistes, des socialistes, des écologistes, des syndicalistes, des militants du monde associatif et beaucoup d’autres encore, tous animés de la même ambition d’inventer enfin une voie inédite qui permette de sortir du marasme mortifère actuel.
Cela peut commencer dans la cité ou le village et connaître une première concrétisation ce 9 avril dans la journée unitaire de mobilisation intersyndicale.
Cela peut constituer le ciment d’une nouvelle unité populaire pour un nouveau progressisme. C’est l’urgence. C’est indispensable !

38 commentaires


Michel Berdagué 1 avril 2015 à 14 h 03 min

Indispensable et Urgence .  » Mais ce n’est pas l’appel permanent à l’unité sans contenu, qui n’est qu’une manière d’imposer l’alignement sans discussions derrière l’exécutif, qui nous permettra d’y parvenir. » En effet les abstentionnistes nous disent , et demandent une clarté quant à notre position critique et permanente alors que nous demandons que l’ exécutif actuel ,du TSCG 2012 aux contre-réformes Macrons 2015 , change de cap ?! . Seule un échéancier clair , un Agenda précis de l’ Urgence nous garantisse de ne pas se faire flouer dans cette demande d’ impasse c’ est comme si tu demandes à l’ équipe actuelle de changer de cap et d’ appliquer notre programme , nos propositions . L’ exemple de la Grèce et du nouveau pouvoir face à la carotte et le bâton en permanence du couple u.e./BCE , montre à quel point que même au pouvoir les forces progressistes butent sur le mur de l’ argent contrôlé par l’ impérialisme financier du stade ultra suprême du capitalisme , impliquant un tel désordre dans l’ économie/politique et le climat par le capitalisme lui-même . C ‘ est donc de déclarer des mesures Urgentes à prendre dès la prise de pouvoir et de mettre en perspectives les trois temps des termes à annoncer pour que le Peuple se mobilise dans les Luttes et les votes pour ce projet qui sera appliqué et dynamique à l’ ajuster devant les réactions mortifères des puissances installées et en place à nous imposer leur dictature ,diktats et autres chantages . Sûr le capital et leurs caisses de résonance médiatique nous interdisent tout débat et nous rendent invisibles , mais nous devons savoir qu’ ils nous craignent beaucoup plus que les fascistes qui ne remettent pas en cause ces pouvoirs capitalistes et financiers – voire de les mettre en orbite – que nous qui avons au coeur l’ Humain d’ abord par la maîtrise publique du  » nerf de la guerre  » . Nous avons 8 mois pour nous mettre en campagne par les Luttes , manifestations , réunions , assemblées , meeting pour démontrer qu’ une force résolue politique économique et financière a toutes les cartes en mains et qu’ elle ne peut rien sans l’ implication de la majorité du Peuple .

plet 1 avril 2015 à 21 h 12 min

merci de ta réponse ! je partage entièrement ! il faudrait que les choses soient claires, sans louvoyage ! le PS est en train de mourir, et son prochain Congrès va nous réserver de joyeuses surprises ;-(((( je suis de ceux qui souhaitent que le Front de Gauche ait une position nette !

henri bonnet 2 avril 2015 à 10 h 48 min

ce n’est pas le front de gauche maisle pc qui n’a pas de position nette au deuxieme tour ils ont appels a voter ps ils persistent en se justifiant par le biais du fn pour moi l’affaire est entendu,je vote nul

Michel Berdagué 2 avril 2015 à 11 h 06 min

Si tout le fdg était au premier tour élu et au second tour gagnant en passant premier …pour ça les abstentionnistes ne peuvent s’ abstenir …

alain harrison 1 avril 2015 à 21 h 42 min

Bonjour M.Bardagué.

«« à l’unité sans contenu »»

Bon dagnostique Monsieur.
Maintenant, mettons toutes nos énergies sur les solutions, elles nous permettrons d’élaborer l’agenda pour l’alternative à ce détestable systèm économique-financier.

L’économie alternative, l’économie démocratique, il faut y penser dès maintenant; L’agenda et la stratégie des politiques, il faut commencer à l’élaborer dès maintenant;
les solutions rassembleuses, C’est

alain harrison 1 avril 2015 à 21 h 59 min

les solutions, c’est maintenant qu’il faut les trouver……Le travail de fond, sur les solutions, auprès de la population, et bien il faut développer les comités citoyens, les satellites citoyens à temps partagé (je me suis expliqué)et des « outils » pour en faire prendre conscience (les solutions), en faire la promotion systématiquement. Rendu au pouvoir, ce n’est plus le temps d’improviser.
Le communisme, ce n’est pas la participation des citoyens par hazard !?

Dans toutes les rencontres, un espace pédagogique sur le questionnement, un pouvoir réel qui nous échappe.
Pourquoi ? Parce que nous sommes dans la réaction.
Le questionnement nous permet de défricher notre terrain.
Ceci ne vous apparaîtra sans doute pas à première vue:

Pour contrer le coopératisme, les coopératives, le néo-libéralisme (PS) développe « le plan d’affaire » «idéologique»
de L’ENTREPRISE PROGRESSISTE .
Le plus beau, elle serit basé sur les « meilleurs » principe humaniste.
Rien de trop beau pour la démagogie.
Le néo-libéralisme est tellement ancré «inconsciemment»*** dans les moeurs de la pluspart, que le néo-libéralisme peut improviser, dans une certaine mesure.

Alors, nous devons développer des critères solides autour du crie de raliement:

L’HUMAIN D’ABORD.

*** remplacer le mot inconscient par le mot mémoire. Krishnamurti.

alain harrison 26 avril 2015 à 19 h 43 min

Bonjour.

Le véritable enjeu sera le passage du privé (disparition du patrona) vers le coopératisme et la complémentarité (les copératives autogérées).

Jean Jaurès, pour la France ne serait-il pas la voie de passage.
J’insiste, lisez:
Il est claire NON OUI

Jean Jaurès et le supplément d’âme
Pour Jean Jaurès, la révolution socialiste n’est concevable que dans le cadre de la légalité démocratique, c’est-à-dire par une conquête graduelle et légale par le prolétariat des institutions parlementaires et de la puissance de la production.

7 juin 2014 |Robert Tremblay Chercheur autonome, Ph. D. (histoire)|

Le Devoir de philo
http://www.ledevoir.com/societe/le-devoir-de-philo/410354/le-devoir-de-philo-jean-jaures-et-le-supplement-d-ame#reactions

Vous jugerez, mais à mon avis c’est un excellent texte résumé-synthèse, à répendre.

Crie de ralliement: L’Humain D’Abord (avec un contenu concret attaché). NON OUI
Jean Jaurès comme point d’appui naturel OUI NON.

Imaginez la force de la synergie du revenu de base incinditionnel couplé aux coopératives autogérées à temps partagé.
La disparition des faux emplois, des intermédiaires gourments, les emplois économiques remis à leur place…
Une liste intéressante à faire.

Sortons de la réaction, cela est impératif.
Trouvons,explicitons les solutions et partageons-les.

BOITEUX 1 avril 2015 à 14 h 50 min

D’accord avec Patrick, c’est dans notre environnement immédiat, (usines – quartiers – villages – immeubles collectifs) que nous devons mobiliser et faire avancer la conscience des gens qui se détournent de la politique parce que le découragement et la résignation les ont gagnés sous les coups répétés des mesures austéritaires. Nous devons nous emparer de cet immense champ d’actions apte à nourrir nos luttes et nos manifestations à commencer par la journée d’actions du 9 avril 2015 avec à la bouche nos slogans, à la main nos pancartes mais aussi le n° spécial de l’humanité dimanche – nouvelle formule – qui sera proposé au plus grand nombre. Ce sera un bon début après la gifle reçue par le couple Hollande/Valls dont la politique a été désavouée aux dernières départementales.

papini jean 1 avril 2015 à 17 h 01 min

ah ah vous croyez que dans notre environnement immédiat les citoyens n’ont pas compris la politique que mènent nos gouvernants?? vous les prenez donc vous aussi pour des couillons, sans jugement, et que l’absentéisme massif et le changement radical des bulletins vient du st esprit?? allons faut pas se cacher la face, derrière des idées reçues, tout comme moi le peuple en a marre de se serrer la ceinture tout en baissant le pantalon, et si les instances politiques ne l’ont pas encore compris tant pis pour eux la balle est dans leur camps, entre l’islamisation à la française, qui n’est q’1 utopie et cela nous le verrons quand il sera trop tard, et toutes les autres exactions de cet état vendu aux lobbies internationaux le choix est tout tracé on va à la pêche, mais pas aux voix, ou on vote contre…

Michel Berdagué 2 avril 2015 à 8 h 28 min

Oui Jean nos concitoyens vivant tous les jours les pires difficultés pour pouvoir survivre s’ expriment en ne se déplaçant pas pour voter . La première raison vient de nous : pourquoi n’ avons nous pas pu établir une dynamique telle que depuis le rejet de cette Cinquième 1958 , le non à Maastricht , le non victorieux en 2005 , nous n’ avons pas pu entrer en phase ascendante , et de se retrouver bien devant les mutants -depuis des lustres- de Solférino ? , c’ est certainement notre position face à cette u.e./NATO/BCE disant que nous pouvons la changer , ce qui est bien plus difficile que de la rejeter en se trouvant dans l’ Hexagone seul et attaqué , certes nous serons attaqués les financiers/spéculateurs voyant une proie facile . Mais avec les BRICS et le monde multipolaire , la France en sortant de l’ OTAN ne serait pas du tout isolé , de plus avec les différents fonds financiers qui se créent avec les BRICS et la Chine , le $ l’ étalon – roi est remis en cause et bientôt détrôné ce qui n’ est pas étranger à certaines agitations du dit leader auto proclamé U.S.
Pour être clair et visible et gagnant :
1 – En Urgence déclarer que nous avons le Programme pour exiger de transformer cette BCE pour l’ Humain d’ abord c.à.d contre les marchés financiers spéculatifs donc tout le système mis en place qui est défini comme ça : – on met un système où il sera impossible une quelconque alternative – , coincés nous sommes mais d’ après la classe bourgeoise/capitaliste ayant choisi le tout finance , ce qui nécessite un tel rapport de force et de Luttes pour les contrer que les propagandes , le matraquage se fait à chaque instant pour nous soumettre à leur dogme . Sur le terrain en proposant le Programme l’ Humain d’ abord , beaucoup nous disaient d’ accord avec vous , mais comment vous faîtes avec l’ argent , …ils ont tout …ils sont trop forts … Là la Grèce , dans la réalité , en vraie grandeur montre toutes les difficultés , les diktats , chantages style garrot de cette BCE/u/e. et de leurs porte serviettes des gouvernements successifs , allant jusqu’ à nous dire : faîtes des sacrifices …mais jusqu’ où en sachant que tout le système conduit aux enrichissements comme jamais dans l’ histoire des milliardaires déjà saturés , ce qui constitue une telle violence , un dégoût , la nausée ; le clivage en effet est cette U.E. et de son orientation
2 – d’ énoncer au vu de ces difficultés réelles que nous avons des mesures à court , moyen et long termes ,des perspectives de Luttes d’ actions et avec toutes les mobilisations du Peuple travailleur .
3- de rétablir pour la représentation élue un non cumul et des mandats de 2 à 3 ans voire 5 ans non renouvelables pour ne pas être coupé du travail de son métier réel voire des changements , ce qui nécessite à chaque instant les formations politiques économiques professionnelles pour la citoyenneté consciente . Et d’ intégrer le salaire à vie proposé par Bernard Friot , pour les différents temps de vie travail , formations /études, culture , losirs , voyages …

alain harrison 9 avril 2015 à 2 h 40 min

Bonjour Michel Berdagué.

«« d’ intégrer le salaire à vie proposé par Bernard Friot »»

En tout cas M. Friot offre une alternative qui vaut la peine d’être examinée sérieusement.

Si nous voulons faire avancer l’humanité, nous devons examiner différents thèmes touchant fondamentalement nos vies, les thèmes vitaux dont dépend l’épanouissement humain et ses répercussions sur notre environnement.

Mais, ajouter un passage qui parle, significatif par le fait qu’il nous concerne,qui pousse la curiosité.
Construisons la synergie irrésistible qui avalera
le néo-libéralisme pour en faire de l’engrais.

alain harrison 1 avril 2015 à 22 h 04 min

M. Boiteux.

Les solutions concrètes.

Anonyme 1 avril 2015 à 15 h 06 min

Il faut construire une autre Europe que celle de la finance et des banques qui agissent de manière à exploiter les peuples d’une façon continue, ce que l’on appelle des politiques d’austérité.
Il n’est pas normal que la BCE prête de l’argent à 1 pour cent aux banques et que celles-ci prêtent ensuite aux états à 12 voir 13 pour cent.
Il faut construire une Europe des nations où chaque pays sera maitre de ses finances de son industrie et où chaque balance du commerce extérieur sera en équilibre.
Il faut également que dans chaque pays les dirigeants mettent en place une sécurité sociale des retraites par répartition et nationalisent les grands groupes capitalistes.
A partir de ses quelques recommandations nous pourrons enfin construire une Europe qui aura de la gueule.

alain harrison 1 avril 2015 à 22 h 14 min

D’abord saborder l’UE financière.
Pour cela prendre le pouvoir et quitter l’UE.
Ensuite, recommencer sans l’influence des US ou autres influences….
La Grèce a l’oportunité, cela dépend de la conscience sociale….

Podemos: plus de milles….à travers le pays…
Monde Diplomatique janvier 2015

Tout comme l’artiste qui reprend ses essaies pour parachever son oeuvre.
Apprendre de ses erreurs…..

Avons-nous des solutions que tous peuvent reconnaître !?
Notre guide: l’Humain d’Abord lié à l’Écologie, notre milieu de vie, en réalité.

Stjust 1 avril 2015 à 15 h 12 min

HENRY JACKY

Le fameux  » glissement à droite « de la société française que nous avions constaté depuis plusieurs années se poursuit donc : après le « communisme » municipal, départemental et national, c’est au tour du « socialisme » de connaître une érosion de son influence électorale pour des raisons différentes. La crise systémique du capitalisme néolibéral de longue durée ( plus de 30 ans !) a profondémenttransformé la société française en déstructurant le monde du travail et affaibli les contre-pouvoirs syndicaux et politiques. Par ailleurs, depuis les années 1990 « la bataille des idées » a été perdue sous la pression permanente et médiatique d’une révolution conservatrice qui a pu se développer dans toutes les couches de la société à la suite de l’effondrement du « socialisme réel » à l’Est européen et l’installation d’un ordre mondial uni polaire sous hégémonie nord américaine…On peut se réjouir sans doute que le « social libéralisme » – avatar contemporain de la social démocratie du siècle précédent- connaisse à son tour un échec historique après celui du socialisme soviétique, mais il reste que la question de l’alternative au capitalisme fauteur de crises et porteur de guerres est toujours posée et non résolue à ce jour. Le mouvement révolutionnaire devra faire son « aggiornamento » s’il veut connaître son « resorgimento ».

modifier
répondre
Signaler ce commentaire

alain harrison 1 avril 2015 à 22 h 22 min

Bonjour Henry Jacky

«« Le mouvement révolutionnaire devra faire son « aggiornamento » s’il veut connaître son « resorgimento ».

Comme c’est bien dit.
Mais cette fois, c’est l’ensemble des citoyens qui sont maître d’oeuvre.
Mettre un terme aux sauveurs.
Aprendre des erreurs ou NON.

Le.Ché 1 avril 2015 à 15 h 25 min

Il faut être conscient que Valls et Hollande n’ont jamais mis en place une politique de Gauche, ces gens là font pire que Sarkozy donc il ne faut pas s’étonner si nous sommes dans une impasse.
Néanmoins nous avons la solution du FDG à développer et à approfondir car il faut sortir de cette Europe capitaliste et austéritaire,il faut également sortir de l’euro monnaie copié sur le mark allemand.
Il faut construire une Europe des nations où chaque peuple sera respecté en ayant pour modèle le programme du CNR conseil national de la résistance, chacun peut le consulter il est sur internet.

alain harrison 9 avril 2015 à 0 h 53 min

Bonjour le Ché
«« ayant pour modèle le programme du CNR conseil national de la résistance,»»

Extrait du Résumé du programme du CNR : le « plan d’action immédiate » Wikipedia

«« des mesures économiques, caractérisées par « l’instauration d’une véritable démocratie économique et sociale, impliquant l’éviction des grandes féodalités économiques et financières de la direction de l’économie », ce qu’on appellera généralement les nationalisations, et qui est exprimé dans le texte comme « le retour à la nation des grands moyens de production monopolisée, fruits du travail commun, des sources d’énergie, des richesses du sous-sol, des compagnies d’assurances et des grandes banques » ;»»

« l’éviction des grandes féodalités économiques et financières de la direction de l’économie »

Autrement dit les banques privées.
L’éviction: nationalisation et expropriation vers l’instutionnalisation publique et l’établissement d’une économie humaine, sociale et démocratique.
L’ordre des mots a son importance.
L’Humain d’Abord est le fondement et la finalisation dans la mesure qu’il s’incère dans le respect et la prépondérance de la Terre.

Faire prendre conscience (ce dont on ne parle pas, reste inconnu).
Un commité citoyen et ses satellites citoyens à temps partagé pour rendre compte du système financier actuelle (résumé synthétique).
Un bon article historique de base, son utilité, aider à faire le tracé ou l’historique financier concernant spécifiquement la France et l’europe (pour l’historique financier des pays), Donc avoir une vision d’ensemble comparative, pas inutile.

Chapitre 49 — L’histoire du contrôle
bancaire aux Etats-Unis
«« Nous sommes en 1750. Les Etats-Unis d’Amérique n’existent pas encore; ce sont les 13 colonies sur le continent américain qui forment la «Nouvelle-Angleterre», possession de la mère-patrie, l’Angleterre. Benjamin Franklin écrivait de la population de ce temps: «Impossible de trouver de population plus heureuse et plus prospère sur toute la surface du globe.» Faisant rapport en Angleterre, on lui demanda le secret de cette prospérité dans les colonies, alors que la misère régnait dans la mère-patrie: »»
http://www.michaeljournal.org/sign49.htm

Ce genre de résumé historique aide à mettre de l’ordre et de s’y retrouver dans le montage des systèmes financier des pays, on y voit les caractéristiques communes, les différences et particularités à chaque pays.

Seul la vision globale nous donne accès aux tenants et aboutissants, aux causes et acteurs responsables,à débusquer les « reengineering », ainsi que nous donner des pistes de solutions, des alternatives.
Le questionnement….

Comme l’artiste qui se réfère à ses essaies pour parachever son oeuvre.

Syriza, ses forces et ses faiblesses, ses erreurs de préparation.

Podemos: ses forces et ses faiblesses, les erreurs à ne pas faire…
Plus de mille à trvers le pays..
Monde Diplomatique janvier 2015.
Venezuela infos wordpress, prendre le POULS VIVANT..
S’inspirer….

chb 1 avril 2015 à 15 h 50 min

C’est avec cette logique qu’il faut rompre d’urgence.
En effet, mais dans le détail ? En suppliant l’Elysée et Matignon du haut de nos 9 ou 13%, c’est ça que vous proposez ? Ah, j’oubliais que nous sommes le 1er Avril.
Le vote protestataire, depuis des années, ça séduit d’anciens communistes ; et maintenant ça séduit beaucoup de ceux qu’une conscience de classe aurait naturellement fait voter PC. L’union de plus en plus contre nature avec les solfériniens fini de dégoûter les militants, pendant qu’un faux pragmatisme a permis au PS de se poser comme l’essentielle voire l’unique force de gauche. Les choses sont claires : le voilà à droite ! Aussi, demander aimablement à Flanbi et à ses larbins du capital de débattre, c’est hors de propos. Ce serait s’apprêter à entériner de nouvelles impostures (je ne ressortirai pas ici l’image de la vaseline, mais j’y pense).
En passant, « le Premier ministre [qui] veut encore précariser plus le travail avec son projet de contrat unique », eh ben on sait d’où il le tire, « son » projet : c’était dans les cartons du Medef qui n’avait pas réussi à le faire appliquer par la droite.
C’est dire que le PC, sauf quelques références historiques diversement mises en exergue, n’a plus rien de commun avec le P »S » qui lui a siphonné ses électeurs.
Solférino a même entraîné FdG, PC, PG et les autres dans sa chute récente.
A mon avis, les communistes même s’ils risquent d’y perdre encore qqes plumes et sièges par ci par là quand il reste une ombre des accords passés, n’ont plus d’autre choix s’ils veulent exister que de se souvenir pourquoi le PC a été fondé, et contre quoi.
Ce que plusieurs posts ci dessus comprennent de la même façon que moi. Alors arrêtons dès le 2 avril la mauvaise blague qui consisterait à discutailler avec Valls.
Illégitime, dangereux, le PS doit partir.

breteau jean claude 1 avril 2015 à 15 h 50 min

Tant que Valls commentera SA défaite ,par la faute de la division ,alimenté par la politique menée par Hollande ,il n’y a pas de solution possible.Ce déni n’a pour objectif que la poursuite du détournement financier ,des richesses produites en faveur des nantis.Voilà pourquoi j’enrage de ce spectacle affligeant .Pendant ce temps là ,la vie est belle ,l’argent coule à flots ,en torrent méme ,et la droite liquide une commission du sénat travaillant sur les détournements fiscaux des amis de Sarkozy .Horreur c’était un communiste qui la présidait ,c’est clair ,quelques gagnants et des millions de perdants .Nous le dirons jamais assez la France n’a jamais produit autant de richesses ,elle croit au rythme que progresse le chomage .Voilà pourquoi cela va durer et s’amplifier ,SNCF , mitry mory ,santé et ainsi de suite ,avec l’état montrant ,s’il en était besoin ,l’exemple aux patrons qui en demandent encore plus .Ceuxqui tergiversent pour renverser cet ordre des choses ,sont complices .

alain harrison 9 avril 2015 à 1 h 19 min

Bonjour M. Breteau.

«« et la droite liquide une commission du sénat travaillant sur les détournements fiscaux des amis de Sarkozy .Horreur c’était un communiste qui la présidait »»

Le pouvoir politique donne toutes les prérogatives.
Pour prendre le pouvoir, il faut que la population vote pour…
Mais il faut avoir un agenda politique et des offres..

Qu’est-ce qui rassemblerait une grande majorité française.
Et qu’en pense les Femmes ??
Les Femmes de la Brukman !!!

Minerva 1 avril 2015 à 16 h 03 min

Les forces anti-austéritaires et progressistes de notre pays comprennent qu’actuellement il n’y a plus rien à espérer de Hollande et de Valls qui font la politique que les capitalistes attendent d’eux.
Des citoyens de diverses sensibilités de gauche demandent aux forces de gauche qui résistent de s’unir à travers un Comité Permanent de Liaison et à partir de leurs valeurs partagées afin d’élaborer, comme le firent nos aînés du Conseil National de la Résistance, un projet, un programme, une feuille de route.
Leur pétition « Appel pour un Comité Permanent de Liaison »se trouve sur http://www.petitions24.fr/.

alain harrison 9 avril 2015 à 2 h 19 min

Merci Minerva pour la pétition « Appel pour un Comité Permanent de Liaison »se trouve sur http://www.petitions24.fr/

Je viens de la signer et laisser un commentaire.

L’idée d’un comité de liaison peut facilement engendrer des satellites (à temps partagé)qui font le suivi sur différents sujets….

papini jean 1 avril 2015 à 17 h 16 min

cher Patrick tu vas encore dire que je me répète, ben oui je persiste à redire qu’il fallait sortir de cette europe bling-bling dont nous n’en voulions pas (piqûre de rappel du referendum) que la politique nous a imposé qui nous rend dépendants d’1 système qui nous mène au fond de l’abîme, tout en nous faisant perdre tous nos acquis durement obtenus par des longues luttes ouvrières, nous sommes entrain de perdre notre identité en + de notre liberté, fraternité et égalité …je plains nos enfants qui n’auront + d’avenir …les verrons nous seulement grandir??

RABOTOT Robert 1 avril 2015 à 17 h 44 min

Il n’y a pire sourds que ceux qui ne veulent rien entendre, C’est au peuple français de faire entendre raison au couple Hollande Vals et à tous ceux qui s’inclinent devant eux pour un « marocain » On en a assez de ces cireurs de pompes.
La Gauche, la vraie Gauche vite, ne nous laissons pas berner par des’ demain on rasera gratis; Nous n’avons aucune vocation a renflouer un navire en perdition.

Le blog libre de mon quartier 1 avril 2015 à 18 h 09 min

Urgence il y a, certes.
Mais la première urgence est de sortir d’une pseudo-démocratie, où les représentants du Peuple sont des professionnels de la politique et constituent aujourd’hui une véritable caste dominante.

Des professionnels, il en faut, certes, mais comme conseillers. Il ne faut pas qu’ils aient le pouvoir de prendre les décisions. Ce pouvoir doit revenir au Peuple, seul.

Lisez le livre « Contre les élections » de David Van Reybrouck

Voyez sur le lien :

Renouveler la Démocratie (mettre fin au métier de politicien …

lebloglibredemonquartier.midiblogs.com/…/renouveler-la-democratie-mettre- fin-au-metier-de-politicien-808074.html‎

LEMILITANTSANSFRONTIERES 1 avril 2015 à 18 h 45 min

Bonjour !
Si, personnellement, je me suis gardé de faire des commentaires jusque-là, et je m’en excuse auprès de M. Patrick Le Hyaric que j’aurais aimé toujours encourager, c’est parce que je suis trop déçu par tout ce qui passe en France : je suis de ces militants socialistes qui pensent qu’ils ont été trahis. Depuis l’avènement de ce gouvernement politique de socialistes, qui n’ont plus rien de socialistes, parce que, de dérapage en dérapage, ils se retrouvent à servir la Droite et faire ce que la Droite n’a pu faire pour elle-même, le mensonge occupe la place, les frasques de…. ,les combines qui frôlent l’incroyable, les va-t-en guerre qui se croient tout permis au nom du pouvoir qu’ils ne méritent point, et que, pourtant, le peuple français leur a concédé parce que ayant cru en eux, mais hélas qu’ils trahissent en jouant, non pas le jeu de la France, mais le jeu de ceux qui veulent, au contraire, enfoncer la France. Tout cela a abouti à une France où les français de plus en plus déchirés, divisés, ne se reconnaissent plus.
Est-ce donc la fameuse stratégie coloniale du : « Diviser pour régner » que l’on appliquerait au peuple français ?
Le gouvernement en place a trahi les grandes orientations socialistes beaucoup plus que tout autre gouvernement.
Le militant socialiste ne s’y retrouve plus, ne peut plus s’y identifier.
Que les aînés se réveillent !
Que les aînés contribuent et changent cet état de fait, cette dérive du socialisme où les socialistes ne sont plus.

alain harrison 2 avril 2015 à 19 h 42 min

Écouter ceci:

Par Pascale Leray, , Béatrice Mathieupublié le 09/02/2015 à 17:48

Le « principal problème de la Grèce » n’est pas l’endettement mais le programme de Syriza estime Jean-Claude Trichet, l’ex président de la Banque Centrale Européenne (BCE).

En savoir plus sur http://videos.lexpress.fr/economie/video-le-programme-de-syriza-est-le-probleme-principal-de-la-grece-estime-jean-claude-trichet_1649744.html#G3CY74QLU6BFz22l.99

alain harrison 2 avril 2015 à 19 h 56 min

Pour faire suite.

Jean-Claude Trichet s’inquiète du programme de Syriza en Grèce
«« « Ils veulent faire payer l’ensemble des contribuables européens », a-t-il estimé. « Le débat n’existe pratiquement qu’en Allemagne, mais chaque contribuable européen a payé exactement la même chose lorsqu’il a fallu faire des prêts à la Grèce (…) ce message qui est donné aux autres Européens n’est pas du tout un message convenable. »»
http://www.euractiv.fr/sections/euro-finances/jean-claude-trichet-sinquiete-du-programme-de-syriza-en-grece-311053

««« chaque contribuable européen a payé exactement la même chose lorsqu’il a fallu faire des prêts à la Grèce »»»

Ils nous font payer la crise de 2008, les responsables les banksters.
Ils nous ont endettés, les banskters…
La crise en Grèce, la crise, qui a créé la crise?
Trichet, quel démagogue, prenez le temps de l’écouter. Il trahis même ses propres trahisons:
Métaphore:
Le pompier qui éteint le feu qu’il a allumé.
Trichet un jour trichet toujours.
Y paraît que les patrons crée de l’emploi et la richesse.
Jean-Claude Trichet, en passant il porte bien son nom tout come Junker (junky de l’écono), et il nous fait la leçon.
Ici, le PLQ (Québec) fait toute sorte de jonglerie et couperet économique pour la mise en place de l’agenda de l’idéologie néo-libérale.
Donc, quand des gens comme Trichet parle, le néo-libéralisme s’écoute.
Qu’est ce que la mondilisation ?

alain harrison 2 avril 2015 à 20 h 00 min

En plus, et celle-là, c’est sans doute une des meilleurs dans le répertoire de la démagogie.

Je l’ai intitulée:

Les salops sont parmis nous !
Si quelqu’un a un meilleur titre ?
Tien pourquoi pas un concours sur internet ?

Vidéo 1 min 58
https://www.youtube.com/watch?v=qXSqK3svYi0&feature=youtu.be

alain harrison 2 avril 2015 à 20 h 14 min

Posons-nous des question en ayant à l’esprit ce qu’a dit Cousteau:
Être capable de faire des liens entre des choses qui semblent ne pas en avoir..

Les fonds vautours ?
Mondialisation ?
Néo-libéralisme ?
Terrorisme au Moyen-Orient ?
Crime organisé ?
Paradis fiscaux ?
FMI ?
OMC ?
L’UE ?
L’ALENA, chap 11 ?
le document de JPMorgan: réclame des états autoritaires ?
…..
Monsanto ?
Coca cola ? L’EAU ?
Ne laissons rien passer.
Il y a des crimes qui se perpétuent en ce moment même. Il y a des crimes d’envergure Humanitaire.
Il y a des décisions politiques qui participent….
Qui élisent ces faiseurs de politiques aberrantes ?
Les gens qui votent pour le fn ?
La pensée paresseuse !!!!

pellizzoni 3 avril 2015 à 14 h 42 min

oui faire une feuille de route, lancer des pétitions au plus grand nombre pour que cessent tous ces magouilles,et ces crimes organisés, ces pourvoyeurs de drogue qui détruisent notre jeunesse, et l’impuisssance de nos gouvernants face aux détresses des familles, il y a urgence, nous ne croyons plus aux politiques,ils font leur propagande pour leur prochaine élection présidentielle, et laissent les travailleurs sur le pavé

chb 5 avril 2015 à 16 h 22 min

Et l’Europe capitaliste ? Celle de la Troïka, contre laquelle nous avons souverainement opté lors du référendum ? Celle qui entretient toujours des relations privilégiées avec l’état d’apartheid, celle qui s’aligne de plus en plus sur les besoins de Washington en matière coloniale ? N’est-ce pas aussi une urgence que de l’abandonner, puisqu’il est patent qu’elle est in-réformable et que son volet « Europe sociale » est pipeau ?

alain harrison 9 avril 2015 à 3 h 04 min

Prendre le pouvoir et fermer la boutique française rue UE. Changer de change.
Les autres suivront au grand dame de l’Allemagne.
Elle a à s’affranchir de la tutelle US.
Alors, elle retrouvera sa place au sein des pays européens.
Alors, pourra s’ouvrir les portes du coopératisme, du respect et de la reconnaissance de chacune des nations européennes entre-elles.

Vous les Femmes, faites-vous entendre.
Pareil aux femmes de la Brukman, levez-vous.
Vous nous manquez. Attention aux thatcher….
Et nous les hommes avons du travail à faire.
Ceci concerne tous les genres sans descrimination.

alain harrison 9 avril 2015 à 3 h 18 min

Une chose à remarquer chez le néo-libéral type, il culpabilise le pauvre sans emploi. Mais ne parle jamais des riches paresseux, je parle des exploiteurs et non pas des rares gens qui ont une chance extraordinaire de gagner à la loto.

L’enrichissement n’est pas le problème, c’est le sur-enrichissement déshumanisant et rendant mégalomaniaque qui fait problème.
Soyons simple, l’avarisme grand V.
Le riche qui se donne du pouvoir en corrompant.

alain harrison 9 avril 2015 à 4 h 52 min

Une alerte, que nous banalisons peut-être dans l’enchevêtrement des événements incessants.

Le néo-libéralisme a ouvert toute grande les portes aux crimes organisés.

De même, les débats qui ont eu lieu sur la légalisation de la prostitution, nous devrions nous poser des questions.
Ici, au Canada, quelques femmes représentantes du milieu ont avancé des arguments « sensées » en sa faveur, à première vue. Quels sont leur sponseur ?
Mais, la vraie question c’est celle-ci.

Est-ce que la prostitution n’est pas de la pure exploitation ?

Ce qu’il faut définir sans doute, c’est les critères définissant l’exploitation !?

De toute feçon,que la prostitution soit légale ou non, le crime organisé s’ en arrange.

Qu’est-ce que l’exploitation….de l’autre?

Il ne s’agit pas des tractations continuelles que nous faisons entre nous en temps normal: ados parents, entre amant, entre amis, client vendeur, etc.
les faits anodins, ils seront là au dernier jour.

Mais de l’exploitation au sens de la manipulation du conditionnement et de l’instrumentlisation de l’autre.

alain harrison 9 avril 2015 à 5 h 39 min

Alerte !

Le néo-libéralisme, est entré dans sa phase pathologisante du délire.

Le délire du patronat:

Quand il en vient à se penser le créateur de la richesse et de l’emploi.

Quand quelqu’un en vient à se croire dieu, il est temps de le soigner.
En tout cas il a perdu toute crédibilité de sanité.
Tel un manipulateur.

Je le répète, le chapitre 1 du livre de Jean-Marie Abgrall: tous manipulés tous manipulateurs.

Il fait parti de ces femmes et hommes qui nous éveillent, si nous prêtons attention aux messages qu’ils nous lancent.

Saisissons nous réellement la signification et les conséquences du phénomène de l’exploitation de l’homme par l’homme ?

Si nous aimions vraiment nos enfants, y aurait-il la guerre ?
Penser globalement, agir localement, et quand nous votons…..

Donc, nous citoyens déçu par les politiciens affairistes, choisissons nos représentants.

Développons le pouvoir citoyen.
Vous les gens d’expériences, ceux qui ont l’expertise, libérez-vous et facilitez la venue
du coopératisme.
À vous les étudiants, refuser les patrons.
Partez vos coopératives.
L’argent publique doit aller au coopératisme point.

Le privé a de sérieux arriérages.
Il a des comptes à rendre.
Les politiciens affairistes (sarkozisme et cie) que la justice acheté laisse allé….Nous n’oublions pas.
Et vous avez l’indécense de revenir. de remettre ça.
C’est votre choix, et il y a un prix à payer.

alain harrison 9 avril 2015 à 5 h 54 min

Le communisme soviétique et le communisme maoïste sont-ils disparus ?
Probablement pas, en regard du fascisme déguisé qui se répend.

Les analyses justes des grands penseurs, soyons-y attentifs, mais n’en faisons pas des idéologies et des dogmes. Mais des outils précieux.
Comme la science, un outil d’observation et d’expérimentation rigoureux. Mais on en fait autre chose ?!

Le capital…. de Piketty ??????????

Voir l’article dans le Monde Diplomatique avril 2015.
Je l’ai trouvé très peu compréhensible, il est vrai que je suis de « culture » québécoise.
Il me faudra quelques relectures. Et encore là !!

Répondre à chb Annuler la réponse

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter