Que d’entourloupes !

le 9 janvier 2020

Ugo Amez / Sipa

Faire croire qu’une discussion sur le poids ou la couleur des chaines fait une négociation ou un compromis est une funeste imposture. Le pouvoir a décidé seul de détruire le principe d’un système de retraite solidaire par répartition et il demande de débattre du niveau et des modalités de la régression sociale. Pire, convoquant hier matin les acteurs sociaux, il faisait fuiter l’information selon laquelle la loi anti-retraite solidaire est déjà à l’examen du Conseil d’Etat. Raison de plus pour amplifier les mobilisations contre ce mépris gouvernemental.

Cette posture rigide vise la reddition des syndicats, associations, mouvements féministes et d’une majorité de nos concitoyens pour imposer un système individualisé de retraite au rabais, pompeusement et indûment affublé d’un verni « universel ». Quand plus de 300 000 hauts salaires sont appelés à faire sécession de la solidarité nationale pour aller garnir les portefeuilles des fonds de pension et ouvrir la voie à la capitalisation, le mot universel n’est que supercherie.

Voici que sort du chapeau un projet de « conférence financière ». Autrement dit le gouvernement présente une loi en janvier, qu’il veut faire voter en procédure accélérée ou par décret, sans parler de l’âge de départ en retraite ni du niveau des pensions mais présentera la facture à l’automne lors du débat sur la loi de financement de la sécurité sociale.

Celle-ci comportera évidemment… le recul de l’âge ouvrant droit à la retraite. D’ailleurs aucun ministre ne répond à cette question simple : à quel âge aura-t-on droit à la retraite et pour quel niveau de pension ? Cet enjeu est entièrement lié aux problématiques générales concernant le travail, sa rémunération, l’égalité entre les femmes et les hommes, le niveau de cotisation des employeurs sans cesse abaissé, et la contribution des revenus financiers.

Ce n’est donc pas une « conférence financière » qu’il faut organiser mais sans attendre « une conférence sociale » sur l’ensemble de ces enjeux, se substituant à l’actuel projet destructeur. Elle porterait une nouvelle cohérence de progrès, pour une sécurité sociale de haut niveau, gérée par les salariés eux-mêmes. Elle inclurait un développement industriel et agricole, le déploiement des services publics, l’impulsion de nouveaux investissements dans la transition environnementale et numérique créateurs d’emplois stables et correctement rémunérés. Tel, serait le chemin de la démocratie et de la modernité.

8 commentaires


Evieux 9 janvier 2020 à 14 h 04 min

Monsieur Le HYARIC/ J’AI SOUSCRIS POUR 180 EUROS LE 18 NOVEMBRE 2019..J’attends toujours le justificatif fiscal.je vous ai écrit en Décembre avec une enveloppe timbrée à mon adresse pour vous éviter des frais: toujours rien ce 9 janvier 2020:Alors? arnaque? mon chèque de 180 euros a bien été encaissé…..Cette méthode est néfaste pour votre journal et sa réputation (et la votre aussi)

chb 17 janvier 2020 à 23 h 55 min

Vous n’aurez besoin que plus tard de votre justificatif. Vous saurez patienter, certainement.

Morau 10 janvier 2020 à 11 h 13 min

Merci d écrire ce que bcp ont à l esprit sans pouvoir mettre de mots significatifs sur leur réflexion.
Espérons que les mouvements , de ces jours auront les conséquences souhaitées .
Bonne journée
L.Morau

Legrand 10 janvier 2020 à 11 h 57 min

Ceux qui ont voté pour ce guignoleresque se souviendront qu’ils ont décidé de raboter le niveau de vie de nos doyens comme s’ils n’étaient pas méritant ou de classe inférieure (moins que la France d’en bas, encore).
Maintenant il est possible de rappeler à ce monsieur et toute sa clique que l’orchestre est fait de musiciens et pa seulement du chef d’orchestre !

LAURE F 14 janvier 2020 à 11 h 09 min

Tres bien dit ! (pouce levé)

LANOE 10 janvier 2020 à 12 h 20 min

En fait :
Ce que l’on ne nous dit pas…
Niveau de vie à la baisse…..

Rayer 10 janvier 2020 à 21 h 47 min

Pourquoi les Syndicats N’APPELLE PAS M MACRON À DÉMISSIONNER ???? QU’IL PARTE!!!!

chb 18 janvier 2020 à 0 h 02 min

Macron n’est pas le premier à réduire les droits conquis, profitant d’un affaiblissement des salariés et de leurs organisations. Son hold-up sur la démocratie, sur les caisses sociales qui avaient été conçues pour être gérées en dehors de l’état, c’est ignoble, mais voilà que FO ou la CGT mettent un point d’honneur à ne pas « faire de politique », et donc à ne pas exiger un changement de régime. Cela explique sans doute en partie la tendance des appareils à ménager la chèvre et le chou.

Répondre à Legrand Annuler la réponse

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter