Inventer une démocratie nouvelle

le 30 juin 2021

15 Mai 2015, Paris, place de la République. Avec nuit debout, le peuple français donnait de la voix pour se réapproprier la parole démocratique et son rôle politique dans la cité. Photo philippe wojazer/reuters

L’éditorial de L’Humanité Dimanche du 01 au 04 juillet 2021 – par Patrick Le Hyaric.

Si nous nous contentions de constater la reconduction des présidents de région sortants, nous nous aveuglerions sur la profondeur des manifestations de défiance qui tourmentent le pays. Sans évidemment contester la légitimité de celles et ceux qui ont gagné les élections, force est de constater qu’ils ne le doivent qu’à une minorité d’inscrits sur les listes électorales.

Songeons que les candidats soutenus par le président de la République n’ont rassemblé sur leur nom que… 3% des inscrits lors du premier tour. Ajoutons qu’une démocratie qui laisse si massivement sa jeunesse se détourner de la vie de la cité se condamne à moyen terme.

Ce terrible désaveu n’est en aucun cas la manifestation d’un désintérêt pour la politique. L’abstention devient pour beaucoup un acte politique pour être écouté et entendu. C’est parce que les pouvoirs restent sourds à la multitude des mouvements syndicaux, sociaux, citoyens, aux luttes pour une réforme juste du système de retraite comme pour la défense de la sécurité sociale, aux mouvements des Gilets jaunes comme aux « nuits debout », aux combats unitaires pour empêcher la privatisation d’EDF ou de la SNCF, aux actions des jeunes pour le climat, des femmes pour l’égalité, ou encore à la diversité des actions des travailleurs pour défendre l’industrie, l’emploi et les services publics, qu’en conscience une majorité de nos concitoyens organisent le silence des urnes.

Toutes ces manifestations de la volonté populaire se heurtent aux pouvoirs successifs qui, refusant d’écouter ces exigences, accélèrent la mise aux normes du pays aux canons de la mondialisation capitaliste.  Le système représentatif est ainsi englué dans une « alternance » qui perpétue les mêmes politiques au service des puissances d’argent. Mais le fameux duo Macron-le Pen, qui ne sert qu’à verrouiller le paysage politique, est ébranlé. D’évidence, notre peuple cherche une autre voie.

Ce qui tend à devenir une farce démocratique trouve parmi ses causes premières le poids exorbitant des institutions européennes sur les politiques nationales et locales qui fixent le cadre d’un consensus libéral dévastateur pour le modèle républicain, notamment la conception républicaine des services publics, et empêchent son déploiement vers une République sociale démocratique et écologique, réellement protectrice.

Le système institutionnel agonise ainsi dangereusement. Le pouvoir, qui prend appui sur les classes supérieures bien plus mobilisées que la moyenne, subit une déroute d’ampleur qui laisse augurer un redoublement de la crise de légitimité des institutions. Mais si l’extrême droite ne sort pas renforcée du scrutin, gare à en tirer des conclusions trop hâtives car ses idées nauséabondes, derrière lesquelles court une bonne partie des droites et du pouvoir, sont toujours là : aux présidentielles qui concentrent toute l’attention pourrait s’exprimer tout autre chose… Au point de déliquescence où se trouve la démocratie, il faudra plus que des rustines pour la  faire revivre. Le présidentialisme grotesque et les politiques libérales menées sous les auspices de l’Union européenne produisent un cocktail amer qui mine l’ensemble de l’architecture démocratique.

L’enjeu réclame d’engager un processus de transformation radicale des institutions portant une souveraineté populaire sur les choix politiques et économiques. Une nouvelle République, la sixième, qui devrait devenir la première République sociale, démocratique et écologique. Partout, de l’usine à l’université jusqu’au Parlement et au plus haut niveau de l’Etat, l’urgence est d’inventer de nouvelles formes de démocratie et d’interventions conférant de réels pouvoirs aux citoyens. C’est ce que demandent celles et ceux qui souffrent de ne pouvoir correctement se nourrir, se loger, travailler avec des bons salaires ou des revenus corrects pour les paysans et les artisans. La 5ème République se meurt. Il faut, avec les citoyens, en inventer une nouvelle.

Patrick Le Hyaric

Directeur de l’Humanité


5 commentaires


Moreau 30 juin 2021 à 12 h 34 min

Une nouvelle république pour nous Français, ne peut être que la République authentique et universaliste française et européenne du vingt et unième siècle voire cette refondation de la Vème République pour le phare France – Union Européenne, du Monde.

De toute évidence, le Peuple français n’a pas voulu de la fausse république de l’extrême droite et d’autres nuisancialistes ; l’évidence doit faire jour pour lui que la République libérale n’est pas toute la République du vingt et unième siècle au regard même de sa vision, et qu’il faut l’Union Populaire de coeur voire la gauche universaliste pour : rien comme avant !

Cette abstention ne tue pas davantage la République qui était en bien piteux état depuis trop longtemps, elle participe à la faire redevenir plus vivante, préalable indispensable pour la réhumanisation réelle de toute la France et de toute l’Union Européenne.

Serait-il possible alors d’avoir un(e) Président(e) de l’Union Populaire de Coeur pour beaucoup plus d’efficience politique et beaucoup moins d’adversité telle qu’elle entraînerait la disparition de l’amitié vraie entre les Hommes, de l’amitié telle qu’on se demande si les Amis sont Poètes ?

Moreau 1 juillet 2021 à 17 h 12 min

Le président Macron marque les mois ultimes de l’alternance 2017-2022 en qualifiant la république inédite en marche de république universaliste en marche, et tout le monde sait bien que la république universaliste en marche ne peut pas être toute la république universaliste, il serait grand temps d’avoir un duo de gauche universaliste socialiste et communiste du vingt et unième siècle ! La nouvelle république, ça ne doit pas être une éternelle incantation ! La signification de l’abstention apporte aussi cette clarté : les gens qui ont vécu en révolutionnaire par les urnes en votant pour la révolution inédite d’Emmanuel Macron, en Gilets Jaunes des Ronds Points, et en Abstentionnistes, portent une même révolution perpétuelle du vingt et unième siècle. Il n’y a pas besoin d’interminables discussion pour comprendre ça. Le président Macron parle de réduire l’inégalité, la gauche universaliste doit, c’est son devoir, analyser et proposer pour l’équité, pour l’égalité, entre les Françaises et les Français et dans toute l’Union Européenne autant que faire se peut.
Il faut se souvenir tout de même que les Françaises et les Français qui ont élu Emmanuel Macron ont clairement signifié aussi à ce moment historique qu’ils ne voulaient pas l’extrême droite, il y a trop de supputations et ça n’apporte rien sinon un déferlement de médiabolisme très dangereux. Les votes des Electeurs sont clairs, ce sont les partis politiques qui ne sont pas clairs, et le médiabolisme comme l’extrémisme de droite, c’est le nuisancialisme continue toujours caché par des commentaires nouveaux. Les gens en ont marre. Il faut plus de gauche authentique républicaine universaliste avec plus d’analyses sérieuses et il faut ses propositions fiables et ses candidatures dignes de confiance. C’est cela même qu’il faut pour la refondation en cours de la république par le président Macron en espérant que la république en marche fassent maintenant des preuves d’alternance républicaine universaliste au-delà de la révolution inédite. Les gens sont impatients de voire la nouvelle société, c’est aussi ça le sens de l’abstention.

alain harrison 1 juillet 2021 à 19 h 17 min

«« il serait grand temps d’avoir un duo de gauche universaliste socialiste et communiste du vingt et unième siècle »»

Le PS Avec FADI KASSEM et le PRCF

Moreau 1 juillet 2021 à 21 h 55 min

Moi je vis dans l’attente de lire le commun universaliste français et européen écrit par le fondateur du front de gauche qui pouvait être renommé « Les républicains communistes par exemple, mais qui ne devait pas être supprimé. Je ne crois pas aux démultiplications dans la classe politique. Les Abstentionnistes rejettent tout et ils ont raison, trop, c’est trop. Trois spécificités républicaines universaliste incluant l’écologie universelle, s’il faut plus,il faut le démontrer, une exception éventuelle à reconnaître ne ferait que confirmer cette base du vingt et unième siècle.

Moreau 1 juillet 2021 à 22 h 18 min

La base de démultiplication pour la classe politique de la république authentique universaliste, doit être de trois spécificités universalistes incluant l’écologie universelle ; le duo de gauche universaliste équivalant à la république libérale universaliste. Tout le reste est inutile, fastidieux, nuisible, dangereux… La sobriété, la qualité, de la classe politique française et européenne peut et doit prévaloir. Avec la démultiplication tellement démagogie, il finirait par y avoir plus de partis que d’Electeurs exerçant le droit de vote ! C’est dire.

Répondre à alain harrison Annuler la réponse

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter