Une fête de l’Humanité au service des causes communes !

le 30 mai 2018

Nous souhaitons construire la fête de l’Humanité des 14, 15 et 16 septembre prochains comme un carrefour et un prolongement de tout ce qui bout et s’exprime dans la société. Dans un contexte national et international complètement chamboulé, la force du nombre de ses participants et la vigueur de leurs espoirs porteront ce puissant message : « Le monde est à nous ».

Ce « nous » est une invitation, un appel au rassemblement de toutes celles et ceux qui refusent de rester spectateurs d’un monde où l’argent devient mesure de toute chose, d’un monde considéré comme propriété exclusive des détenteurs de capitaux, accaparé par une étroite minorité qui s’attache à détruire les solidarités et laisse s’étaler sous nos yeux la misère humaine, le désarroi et le saccage de notre environnement.

« Nous » refusons avec force que l’humanité soit à ce point meurtrie, violentée, volée à l’immensité de celles et ceux qui produisent ses richesses, construisent ses passerelles, travaillent à l’égalité sociale, politique, entre femmes et hommes, bousculent par leurs efforts créatifs les conventions hypocrites.

Nous y affirmerons que « nous » aspirons à l’humanité contre ceux qui aujourd’hui concentrent les pouvoirs et les avoirs, veulent contrôler les savoirs en recherchant consentement, passivité et résignation jusqu’à en appauvrir nos imaginaires et notre part d’humanité.

Nous voudrions que cette fête soit mise au service de celles et ceux qui, par la persévérance militante et l’engagement humaniste, veulent construire un monde de justice et de paix, débarrassé de son absurde et perpétuelle course au profit et de ses guerres qui hypothèquent l’avenir de la jeunesse du monde, en Afrique, au Proche et Moyen-Orient comme ailleurs. Le village du monde sera une caisse de résonnance de la paix et de la solidarité internationaliste. L’enjeu des migrations s’y conjuguera avec l’humanisme et l’hospitalité.

Le défi désormais posé aux peuples de révolutionner la construction européenne s’y fera entendre dans des rencontres de travailleurs de toute l’Europe qui, ensemble, diront leur ardent espoir de coopérations et de luttes communes pour le progrès social et environnemental.

Plus d’un an après l’entrée en fonction du nouveau pouvoir macroniste engagé dans une offensive ravageuse contre toutes les conquêtes sociales, jusqu’à compromettre l’idéal républicain et ses promesses d’émancipation, la fête de l’Humanité peut être le grand carrefour des débats et des combats pour des alternatives progressistes. Cheminots méprisés, jeunesse étudiante triée, habitants des quartiers populaires ignorés, retraités pressurés, travailleurs précarisés, agents publics déconsidérés, militants politiques, syndicaux, associatifs engagés dans la défense de causes universelles, prenez possession de la fête, avec vos expériences et vos espoirs, pour en faire une étape qualitative nouvelle des mobilisations et cours, nourrie de nouvelles analyses et méthodes d’action pour l’intérêt général.

Cette fête est toujours celle de la rencontre de la poésie et de la politique, du partage d’émotions artistiques et culturelles. La Grande Scène vous offrira cette année des moments de grande intensité avec le fameux groupe Franz Ferdinand, Julien Clerc, Naâman, Bernard Lavilliers, Grand Corps Malade, Romeo Elvis, Catherine Ringer, l’orchestre Divertimento, The Inspector Cluzo, ou encore NTM pour un le seul et unique concert dans cette Seine-Saint-Denis qui les a vu naître. La scène Zebrock vous proposera la découverte de jeunes pousses et des horizons inattendus avec Bertrand Burgalat ou encore Johnny Montreuil, quand la Petite Scène fera danser les corps et les âmes. Une exposition dédiée aux réfugiés sera offerte aux regards et de grands chefs viendront confronter leur art gastronomique au droit à une alimentation saine, tandis que vous pourrez assister dans l’espace cinéma à la projection du film « En Guerre » de Stéphane Brizé ou flâner dans les allées du village du livre à la rencontre d’auteurs et de nouveautés littéraires. Le bicentenaire de la naissance de Karl Marx sera l’occasion d’un retour sur sa pensée si féconde. Littérature, musique, théâtre, cinéma et expositions se mêleront aux centaines de débats qui animeront de multiples espaces dans une alchimie unique.

La réussite de la fête de l’Humanité, dans un tel contexte, est d’une importance inédite dans la quête d’alternatives qui grandit et pour contraindre à le nouveau pouvoir à entendre enfin la parole populaire. Elle est l’affaire de toutes et tous : c’est autant sa raison d’être que la condition de son succès.

Chacune et chacun peut y contribuer sans attendre par l’acquisition du bon de soutien, le diffuser et s’efforcer de convaincre famille, amis et collègues de venir grossir les rangs du peuple d’une fête qui, dès lors, résonnera de nos milles espoirs et causes communes.

7 commentaires


alain harrison 4 juin 2018 à 20 h 18 min

Bonjour.
M. Le Hyaric, vous dites:

«« Le bicentenaire de la naissance de Karl Marx sera l’occasion d’un retour sur sa pensée si féconde. »»

À ce propos:

5 mai 2018
Pour Marx, faut-il « sortir du marxisme »
La puissance intellectuelle d’une pensée matérialiste

Fabrice AUBERT

«« Son poids dans la connaissance universelle : Au-delà de la reconnaissance actuelle de certains économistes (« La dynamique du capitalisme est aujourd’hui bien celle qu’avait prévue Karl Marx. ») [1], il nous faut mesurer son poids dans la connaissance universelle. Dans l’histoire humaine, nous avons eu de grands scientifiques et penseurs. Archimède, Aristote, Platon, Copernic, Léonard de Vinci, Galilée et plus proche de nous Einstein qui ont marqué de leur empreinte l’Histoire Humaine. Marx fait partie intégrante de ces penseurs car il est référencé dans plusieurs domaines scientifiques. Il est référencé en philosophie, en Economie, en Histoire, en Politique, puisqu’il s’est engagé toute sa vie et enfin du fait de son approche « Marxiste » en termes de « lutte des classes », il est l’un des fondateurs de la sociologie. Aujourd’hui, aucun scientifique n’est connu ou cité dans 4 ou 5 domaines différents, c’est dire la puissance de sa « pensée matérialiste », dont les effluves portent, aujourd’hui encore, plus fort qu’hier du fait du capitalisme lui-même (ses crises).
Mais le « marxisme » ne se revendique pas comme science dure mais comme science politique et humaine. Je me revendique d’un « marxisme impur » à l’image de la société, qui n’est jamais « pure », car travaillée par les contradictions qui viennent, selon la configuration historique, de l’affrontement paisible ou aiguisé des classes sociales qui la composent.
Il n’y a que le libéralisme qui revendique l’absolutisme du « marché pur et parfait » de l’offre et de la demande qui équilibre tout par la « main invisible » – forme de Dieu qui se situe au-dessus des hommes et qui de ce fait rend la politique inutile, inefficace et pour tout dire ne pouvant que déséquilibrer les « forces du marché ».
En d’autres termes, la seule liberté du marché consiste à définir qui a le droit de survivre dans l’affrontement de la concurrence de chacun contre tous…Face à ce dogmatisme de la pureté [2], le « marxisme » revendique l’impureté de la « lutte des classes » et de ses équilibres ponctuels, progressifs visant l’émancipation. »»
Sur Le Grand Soir

««« le « marxisme » revendique l’impureté de la « lutte des classes » et de ses équilibres ponctuels, progressifs visant l’émancipation. »» »»

N’est-ce pas apprendre de ses erreurs.

alain harrison 4 juin 2018 à 20 h 45 min

Bonjour.

M. Le Hyaric, vous dites:

«« la force du nombre de ses participants et la vigueur de leurs espoirs porteront ce puissant message : « Le monde est à nous ». »»

À ce propos:

Nous sommes le Pouvoir – Discours de John Trudell, poète et activiste
«« Il y a eu beaucoup de révolutions sociales en Amérique et en Europe, il y a eu de nombreuses organisations sociales, il y a eu des mouvements des droits des femmes, il y a eu des mouvements de défense des droits égaux, il y a eu des mouvements syndicaux, et pourtant regardez qui contrôle encore nos vies aujourd’hui. Nous avons à faire face à cette réalité. »»

Les 4 sorties restent en suspend, faute de consensus face à la réalité dans laquelle l’UE, devenue un système purement économique, est en train de mettre en place, le complexe-militaro-bancaire ? (voir les bases militaires US en Grèce (?) Bravo Tsipras

Il y aura des élections européennes en 2019.
Et bien les années qui vont suivre cette élection seront décisives.
L’UE social tant espérée ou l’UE complexe militaro-industriel-bancaire ?

L’UE social ne peut être que le fait d’une Constituante des Peuples ?
OUI NON (réfléchissez à ce qu’a dit Jean Jaurès …..le Devoir de Philos, vous savez ?

Ne nous égarons pas, le Vénézuéla agit dans le cadre des normes internationales, et l’US-UE-Occident triche les normes. Nous voyons très bien le tableau.

Une séance vidéo est peut-être bien venue ici, et peut être dans le programme de la Fête de l’humanité ?

««« Le langage au service des puissants ? Alain Deneault »»»

alain harrison 4 juin 2018 à 20 h 58 min

Bonjour.

M. Le Hyaric, vous dites:

«« Cheminots méprisés, jeunesse étudiante triée, habitants des quartiers populaires ignorés, retraités pressurés, travailleurs précarisés, agents publics déconsidérés, militants politiques, syndicaux, associatifs engagés dans la défense de causes universelles, prenez possession de la fête, avec vos expériences et vos espoirs, pour en faire une étape qualitative nouvelle des mobilisations et cours, nourrie de nouvelles analyses et méthodes d’action pour l’intérêt général. »»

Mais.

Bon, pas beaucoup de nouvelles d’une convergence et d’un élargissement des secteurs vers une grève généralisée et donc le potentiel de faire tomber ce gouvernement du 1% +complexe militaro-industriel bancaire. Un rendez-vous manquer, parce que le travail de base auprès de la population ne se fait pas ???
Le plan 1 du débordement convergent pour faire tomber ce gouvernement semble hésitant et éclaté.
Le plan 2, celui du travail de base et d’un consensus dans la diaspora de la gauche reste à faire pour les prochaines élections.
Donc laisser Macron mettre le bordel dans l’économie reste la voie vers le réveil de la classe moyenne (d’une large partie, en tout cas ?)
Mais dans ce plan B, il faut coordonner les moyens, les buts et les objectifs. Préparer et initier la participation des citoyens travailleurs à participer à l’alternative (voir l’ensemble de la chose) et faire le point réaliste sur les 4 sorties (non 5__consensus).
Je conseille de voir attentivement cette vidéo, M. Deneault fait un tour d’horizon qui peut sembler disparate, mais ayez en tête ce qu’a dit Cousteau : être capable de faire des liens entre des choses qui semblent ne pas en avoir.

Quand à moi je conseille ces lectures :
Le chapitre 1 du livre de Jean-marie Abgrall, tous manipulés tous manipulateurs.
Krishnamurti : Le temps aboli.
Korzybski :
Introduction à la sémantique générale de Korzybski Broché – 18 mars 1992
de Bulla de Villaret (Auteur)
Détails sur le produit
Broché : 189 pages
Editeur : Le Courrier du Livre ; Édition : 2e Intégrale (18 mars 1992)
Description:
«« On entend aujourd’hui bien des gens déplorer que notre civilisation soit parvenue à un si haut degré de développement dans le domaine technique alors que, dans d’autres, elle en est restée à des niveaux qui nous paraissent beaucoup plus primitifs. Selon les préférences affectives et métaphysiques que l’on nourrit, on tentera d’expliquer cet écart de telle manière ou de telle autre. L’apport original de Korzybski est, quant à lui, différent de celui du moraliste ou du métaphysicien. Il a, en substance, formulé le problème de la manière suivante : L’on peut observer que, dans le domaine technique, il est possible de faire des plans dont les résultats soient prévisibles, et si les plans sont corrects, leur réalisation bien menée, ces résultats s’avèrent conformes à ce que l’on en attendait : les machines fonctionnent, les maisons tiennent debout, les ponts ne s’effondrent pas. Par contre, en matière économique, politique, sociale, disons plus généralement « dans les affaires humaines », les prévisions sont la plupart du temps incertaines et il y a de grands écarts entre ce que l’on escomptait et ce qui arrive effectivement. »»

Cette vidéo et ces trois lectures peuvent sans doute être très utile pour une relecture de Marx.
Passer de l’idéologie «  » figée «  » à l’analyse comme outil.
Krisnamurti distingue la pensée utile à la communication (objectivité) de la pensée égotique. Nous sommes des êtres, tout à la foi subjectif et objectif, notre problème réside dans l’erreur de perception, selon Krishnamurti.
C’est à vous de voir.

alain harrison 4 juin 2018 à 21 h 30 min

Mais revenons à Marx.

5 mai 2018
Pour Marx, faut-il « sortir du marxisme »
La puissance intellectuelle d’une pensée matérialiste

Fabrice AUBERT

«« Témoin engagé de la Révolution de 1848 en France, il nous dédia un livre au titre révélateur : « Les luttes de classe en France » dont l’introduction nous renvoie à l’ère actuelle dominée par un « Banquier Président » et ses « discours sur la dette ». Il faut que chacun lise cette introduction (celle du livre) pour comprendre comment la « pensée matérialiste » est l’écriture de l’émancipation humaine… L’objet de cet article n’est pas d’imposer une lecture, forme de statue momifiée, mais d’inciter à la lecture des ouvrages dans le texte et non dans l’interprétation via les médias plus que complaisants envers les forces du marché (90 % des médias appartiennent à 9 milliardaires), un vrai « soviet suprême ». »»

INTRODUCTION
par Friedrich ENGELS

Extrait.

«« En conséquence la méthode matérialiste ne devra ici que trop souvent se borner à ramener les conflits politiques à des luttes d’intérêts entre les classes sociales et les fractions de classes existantes, impliquées par le développement économique, et à montrer que les divers partis politiques sont l’expression politique plus ou moins adéquate de ces mêmes classes et fractions de classes.
Il est bien évident que cette négligence inévitable des modifications simultanées de la situation économique, c’est-à-dire de la base même de tous les événements à examiner, ne peut être qu’une source d’erreurs. Mais toutes les conditions d’un exposé d’ensemble de l’histoire qui se fait sous nos yeux renferment inévitablement des sources d’erreurs; or, cela ne détourne personne d’écrire l’histoire du présent.
Lorsque Marx entreprit ce travail, cette source d’erreurs était encore beaucoup plus inévitable. Suivre pendant l’époque révolutionnaire de 1848-1849 les fluctuations économiques qui se produisaient au même moment, ou même en conserver une vue d’ensemble, était chose purement impossible. Il en fut de même pendant les premiers mois de l’exil à Londres – pendant l’automne et l’hiver de 1849-1850. Or, ce fut précisément le moment où Marx commença son travail. Et malgré ces circonstances défavorables, sa connaissance exacte de la situation économique de la France avant la révolution de Février, ainsi que de l’histoire politique de ce pays depuis lors, lui a permis de faire une description des événements qui en révèle l’enchaînement interne d’une façon qui reste inégalée, description qui a subi brillamment la double épreuve que Marx lui-même lui a imposée par la suite. »»

Cette introduction de Hegel (une vingtaine de pages) devrait peut-être apparaître dans le journal l’Humanité, en plusieurs sections (vue la longueur) sur une suite de numéros, en préparation d’une plate forme à la Fête de l’humanité pour justement introduire cette notion de vue d’ensemble, si nécessaire aujourd’hui pour pouvoir élaborer une alternative, par la suite ajustée selon l’évolution des mentalités dans le temps.
Voir à court, à moyen et long terme pour éviter les pièges.

Mais, aujourd’hui, avec l’expertise que nous avons de l’Histoire, car il s’agit bien d’une expertise et non simplement des divers interprétations, nous avons accès à la vue d’ensemble, est-ce compris (?), et cette vue d’ensemble synthétiquement compréhensible doit faire son chemin dans la population. La Fête de l’humanité, une occasion de rendre cette synthèse accessible à tous ceux qui y seront. Ce sera un premier pas.
Oui, le débat des idées, mais dans le cadre de cette synthèse de vue d’ensemble, alors le questionnement prendra toute sa cohérence et les solutions pourront être au rendez-vous, ainsi que les solutions et la question des 4 sorties pourront être poser justement.

Mais soyez au rendez-vous que Jean Jaurès vous a posez:

Pour Jean Jaurès, la révolution socialiste n’est concevable que dans le cadre de la légalité démocratique, c’est-à-dire par une conquête graduelle et légale par le prolétariat des institutions parlementaires et de la puissance de la production.

Le Devoir..de philos (journal le Devoir)

Le Vénézuéla, de l’image à la ressemblance du Chili d’Allende ?

alain harrison 4 juin 2018 à 22 h 52 min

N’oubliez-pas !

Vous avez une expertise. Le Programme du CNR.

«« Le Programme du Conseil national de la Résistance souvent abrégé en Programme du CNR, et intitulé dans sa première édition « Les Jours Heureux par le C.N.R. », est un texte adopté à l’unanimité par le Conseil national de la Résistance français le 15 mars 1944 . »»

Une expertise, dont la Cotisation avait fait ses preuves.
Le nouveau paradigme économique était né ?

L’Argentine avait initié le mouvement des coopératives autogérées ?
Sabordé par la suite ?

Le salariat de M. Friot, n’englobe-t-il pas le revenu de base ?

Albert Einstein:
“L’imagination est plus importante que le savoir.”

Le système économique financier libéral (qui n’en manque pas) actuel, c’est quoi ? Un ensemble de rouage qui s’imbrique et qui apparaît comme une réalité intrinsèque ?
Mais, comme on ne peut construire du vrai sur du faux, les derniers montages financiers à l’origine des crises économique (1929 et 2008) mettent en lumière que le problème structurel et systémique réside dans le montage (en réalité) économique classique libéral.
De plus en plus sophistiqué et illisible en regard de la réalité sociétale. Les produits financier et la titrisation ad nauseam. Voir Qui sauve qui ? (CADTM)

Donc la question se pose. Allons-nous continuer dans cet enchevêtrement qu’est devenu ce système économique qui ne fait qu’engendrer des couts supplémentaires sur le plan économique, écologique (la manière d’exploiter) et énergétique. L’économique énergivore (selon certaine nouvelle) en watt-heure des systèmes bit coints et ci. _argent cryptal_ de plus en plus diversifiés et illisibles.

Est-ce que nous-nous simplifions vraiment la vie, ou est-ce que, sans le voir, nous allons nous la rendre invivable, nonobstant les promesses technos, parce que si nous chialons à propos de la bureaucratie gouvernementale, nous n’avons rien vue du privé. Un indice: les contrats internet et ci. L’intervention gouvernemental dans les contrats internet, a obligé ceux-ci à nous faire des promesses: une réécriture simplifiée ?!?

Voyons un peu:

16. Droits réservés et Commentaires. Sauf autorisation expresse accordée dans les présentes Conditions, Microsoft ne vous accorde aucune licence ni aucun autre droit de quelque nature que ce soit dans le cadre de tout brevet, savoir-faire, droit d’auteur, secret de fabrication, marque de fabrique ou autre propriété intellectuelle détenue ou contrôlée par Microsoft ou toute entité connexe, y compris, mais sans s’y limiter, tout nom, habillage commercial, logo ou équivalent. Si vous donnez à Microsoft une idée, une proposition, une suggestion ou un commentaire, y compris notamment, les idées de nouveaux produits, de nouvelles technologies, de nouvelles promotions, de nouveaux noms de produit, les retours d’expérience sur les produits et les propositions d’amélioration des produits (les « Commentaires »), vous concédez à Microsoft, à titre gratuit, sans redevances ni aucune autre obligation envers vous, le droit d’effectuer, de faire effectuer, de réaliser des œuvres dérivées basées sur ceux-ci, de les utiliser, de les partager et de les commercialiser de quelque façon que ce soit et à toute fin. Vous ne fournirez pas de Commentaires faisant l’objet d’une licence qui impose à Microsoft de concéder sous licence son logiciel, ses technologies ou sa documentation à tout tiers parce que Microsoft inclut vos Commentaires.

«««« parce que Microsoft inclut vos Commentaires. »»»»

Voilà, une promesse. Quand on comprend rien !

En tout état de causes, vite une Constituante pour mettre les choses à leur juste place.

alain harrison 5 juin 2018 à 5 h 09 min

Stella Calloni
Écrivain et journaliste argentine. Dernier livre publié : Operación Cóndor, pacto criminal.

Le « Coup de Maître » des États-Unis contre le Venezuela
Par Stella Calloni
Mondialisation.ca, 12 mai 2018
Le réseau Voltaire 11 mai 2018

«« Tout cela est spécifié dans un document de 11 pages qui porte la signature de l’amiral Kurt Walter Tidd, actuel commandant en chef du SouthCom des États-Unis, non encore divulgué [1].
Le document analyse la situation actuelle et valide une guerre de contre-insurrection contre le Venezuela, ainsi que le schéma pervers de la guerre psychologique qui permet de comprendre la persécution, le harcèlement, le dénigrement, le mensonge utilisés pour en finir non seulement avec les dirigeants populaires, mais aussi avec les peuples en tant que tels.
Le rapport affirme que « la dictature chaviste chancelle au Venezuela, suite à ses problèmes internes, à la grave pénurie d’aliments, à l’assèchement des revenus extérieurs et à une corruption effrénée, qui a gagné le soutien international, à coup de pétrodollars ; le pouvoir acquisitif de la monnaie nationale est en train de plonger ».
…………..
C’est le moment pour les États-Unis de montrer qu’ils sont impliqués dans ce processus, dont la chute de la dictature vénézuélienne marquera un virage à l’échelle continentale ».
Ils poussent par ailleurs le président état-unien Donald Trump à agir, au motif que « c’est la première occasion pour l’administration Trump de mettre en œuvre sa vision de la démocratie et de la sécurité, et pour le convaincre que c’est crucial pour le continent et pour le monde entier. Le moment d’agir est arrivé ». »»

Je crois que la psychiatrie devra imposer une nouvelle maladie mentale dans le DM….
Essayons de trouver le nom de cette nouvelle maladie. Quel qu’un….
Je suis sérieux.
A. H.

alain harrison 5 juin 2018 à 5 h 14 min

Je ne parle pas des agresseurs, ce sont des fascistes intoxiqués au pouvoir de soumettre les autres et à l’argent. Non je parle de la plage de la gauche progressiste et ci. qui trouve toute sorte de raisons pour les compromissions. Silence…..

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter