2021, une année à inventer

le 31 décembre 2020

 L’éditorial de L’Humanité du 31 décembre – par Patrick Le Hyaric.

À l’aube de l’année nouvelle, nous présentons à chacune et chacun nos vœux pour que l’année qui vient puisse être meilleure que celle qui s’achève.

À part les grands argentiers abonnés à la Bourse, les firmes numériques ou pharmaceutiques qui ont trouvé dans les événements l’occasion d’affermir leur pouvoir, l’immense majorité des citoyens du monde souhaite refermer l’affreux chapitre de cette année 2020. Tout en ayant une pensée émue et solidaire pour celles et ceux d’entre vous qui ont perdu l’un de leurs proches, nous vous adressons nos vœux de bonheur, d’épanouissement individuel et collectif, sans oublier cette santé si précieuse. L’actualité nous a justement rappelé cette phrase d’Héraclite : « La santé de l’homme est le reflet de la santé de la Terre. »

Malheureusement, les mois qui viennent s’annoncent encore et toujours pris dans les griffes de cette pandémie qui sape les fondements de ce que l’on est en droit d’attendre de notre commune humanité. Le bonheur, il faudra aller le chercher, le débusquer par un surcroît de fraternité et de solidarité, par les luttes que le contexte exacerbe entre ceux qui vivent de leur travail et ceux qui l’exploitent, comme dans les niches de bien-être que la vie sait parfois nous réserver.

Au-delà, la violence de la lutte des classes menée par les forces du capital appelle à une union populaire de type nouveau contre l’exploitation renforcée du travail, les privations d’emploi, la précarité et la pauvreté galopantes, pour que les artistes et les créateurs puissent enfin sortir du silence auquel les contraint le pouvoir, et pour que la jeunesse, déjà privée des relations sociales et charnelles, cesse d’être la variable d’ajustement d’un « marché de l’emploi » atrophié.

Les combats nouveaux doivent intimement mêler régénération démocratique, création d’une garantie sociale du travail et des formations, respect des animaux, des espaces naturels et de la biodiversité et lutte courageuse contre les causes du changement climatique. La considération nouvelle devant être à la santé appelle tout à la fois une transformation des systèmes de santé et une nouvelle approche des manières de produire, de consommer, de travailler, de valoriser et d’élargir les biens communs publics, de respecter la nature. Le travail comme la nature ne doivent plus être considérés comme des « coûts » à compresser dans la meule capitaliste mais comme des apports de richesse essentiels pour le vivant et la vie, l’humain et la nature.

Le capitalisme tournera toujours le dos à ces objectifs. Le moment est donc à lancer un fécond et fraternel débat pour ouvrir le chemin au postcapitalisme, pour un partage des avoirs, des pouvoirs et des savoirs. Ce que nous appelons communisme et que d’autres désignent autrement, tout en partageant son ambition émancipatrice.

C’est pour porter avec vous ces décisifs débats et soutenir les grands combats de l’heure pour les libertés, l’antiracisme, la paix, le désarmement et le mouvement féministe mondial que l’Humanité veut se rendre plus utile encore dans l’année qui vient. En ce sens, nous projetons d’ici quelques mois, après vous avoir consultés, d’améliorer encore les contenus et la présentation de l’Humanité, de l’Humanité Dimanche et de notre plateforme humanite.fr

Alors, si 2021 était l’année des surprises, du refus de la fatalité, du sursaut populaire ? Malgré tant d’incertitudes et devant tant de combats à mener, l’union populaire peut frayer son chemin si la colère se transforme en espoir. Et si, ensemble, on inventait 2021 ?

21 commentaires


Moreau 31 décembre 2020 à 16 h 10 min

Ces orientations pour l’année qui vient sont bonnes mais encore faudra-t-il les tenir et qu’elles ne soient pas que des bonnes résolution le temps d’un premier janvier. Le racisme ne peut être défait que par l’universalisme, l’universalisme est l’antiracisme sans rien dire et faire de plus que de l’universalisme ; c’est à force d’ignorer le mot « universalisme » que les gens parlent d’antiracisme.

Moreau 1 janvier 2021 à 23 h 36 min

Le racisme est une aberration aux conséquences très graves, mais un moyen qui fonctionne pour diviser les Hommes, instaurer des dictatures les moins pires et les pires, c’est beaucoup à cause de cette aberration que les Hommes sont arrivés à ne plus s’entendre. Tous les partis politiques occidentaux à ma connaissance ont participé à cette adversif racisme/antiracisme en se détournant tout le temps et en détournant tout le temps de l’universel alors que l’universel défait l’adversif dans la Poésie !

Moreau 2 janvier 2021 à 13 h 05 min

A propos de « La considération nouvelle devant être à la santé appelle tout à la fois une transformation des systèmes de santé et une nouvelle approche des manières de produire, de consommer, de travailler, de valoriser et d’élargir les biens communs publics, de respecter la nature. Le travail comme la nature ne doivent plus être considérés comme des « coûts » à compresser dans la meule capitaliste mais comme des apports de richesse essentiels pour le vivant et la vie, l’humain et la nature. » :
C’est tous les jours que beaucoup de gens ont besoin des choses et des services adéquats à leurs besoins qui leur font cruellement défauts quand encore ils ne se font pas en plus arnaquer sur la marchandise, pas dans 100 ans !

Moreau 3 janvier 2021 à 12 h 27 min

Il faudrait peut-être parler vrai un jour des grandes urgences en France qui doivent bien se retrouver dans d’autres pays de l’Union Européenne.
Tant qu’il y aura aussi peu de démocratie participative entière et réelle même à gauche, il faut le faire ; il y aura peu de démocratie élective (abstention et votes extrêmes la remplaçant).

Passer sous silence en plein hiver, la situation terrible des personnes sans abri, le monologue dictatorial sur les « passoires thermiques » qui fait peur à de modestes propriétaires de maisons parce qu’ils ne veulent pas de solutions du pire qui deviendraient permises par tel ou tel plan étatique d’isolation obligatoire conçu sans l’avis des propriétaires. Par exemple, moi je pense que des travaux d’isolation imposés par telle ou telle dictature d’une gauche, fausse gauche ; ne devraient en aucun cas concerner l’intérieure des maisons car ils sont de nature à modifier les plans intérieurs, dans ce cas que l’État rachète les maisons et se débrouillent avec, et relogent les propriétaires perdant leur maison par de tels abus. Certes je suis conscient, qu’il s’agit aussi d’isoler des immeubles et je ne connais rien aux pour et aux contre pour les Occupants ; mais en ce qui concerne les maisons, jamais ne devrait devenir obligatoire d’isoler « les combles, les sous-sols, tant ma conviction est qu’un plan de sucroît s’il est à caractère obligatoire, ne devrait prévoir que l’isolation par l’extérieur ; ce qui demande comme je le fais observer depuis longtemps de remplacer les critères du classement en zone historique par des critères artistiques qui eux permettent l’isolation par l’extérieur (isolation des murs côté extérieur, couverture isolante de la maison).

Il y a d’autres problèmes au moins aussi urgents : l’informatisation de plusieurs travailleuses et travailleuses, de télétravailleuses et de télétravailleurs qui se plaignent de leur travail et de leurs conditions de travail ; mais aussi de personnes en formation, et de personnes qui s’occupent, de personnes qui forment ; des personnes en formation ; est calamiteuse. Pas un seul mot là-dessus de la gauche, fausse gauche. L’inadaptation de nombreuses personnes à l’informatisation trop complexe et trop inadéquate et ainsi dissuasive dans notre pays en détresse ; ça n’inspire pas du tout les Hommes politiques !

Il en en marre de Hommes politiques de gauche, fausse gauche, qui favorise l’abstention et les droites extrêmes, favorise le moins pire et le pire : régime inhumain  ; en passant tout leur temps contre vents et marées, à faire les Intéressants, mais la démocratie élective affaiblie à tel point par tant de manque de sérieux, atteste résultat par résultat, que la gauche, fausse gauche ; n’intéresse pas à la politiquemais dégoûte de la politique.

A partir de 2012, mais ça n’a pas duré longtemps, de nombreuses personnes tout de même ont pensé que le temps de la démocratie participe et élective était arrivé : un Front de gauche démocratique, participatif, et électif, était perçu comme une seconde gauche pouvant proposer une vraie alternance et la réaliser selon les choix des Citoyens solidaires et responsables ; et pouvait débattre avec la première gauche : la gauche socialiste ; et un mouvement comme la république en marche.

Rien de tout cela, tous les Hommes politiques de gauche manquant à leur devoir de représentation réelle de personnes contrainte à la jacquerie libre ; faisant les Intéressants même si en 2021 la France risque de s’effondrer à cause des problèmes réels des gens.

Le « duopole » droites extrêmes, la république en marche, n’est pas fait par la république en marche mais par les deux gauches qui sont redevenues la fausse gauche.

alain harrison 4 janvier 2021 à 3 h 21 min

En entête du journal

Pour Jean Jaurès, la révolution socialiste n’est concevable que dans le cadre de la légalité démocratique, c’est-à-dire par une conquête graduelle et légale par le prolétariat des institutions parlementaires et de la puissance de la production.

Et une page consacré à une vue d’ensemble, démontré que les peuples ont à porter de mains des outils puissants pour une alternative……..

Moreau 4 janvier 2021 à 10 h 54 min

La révolution jaurèsienne est l’intelligence par le coeur, la révolution par l’intelligence. C’est elle qui est à l’oeuvre pour construire chaque jour le nouveau monde, et non les rabâchages.

alain harrison 4 janvier 2021 à 23 h 12 min

Le « duopole » droites extrêmes, la république en marche, n’est pas fait par la république en marche mais par les deux gauches qui sont redevenues la fausse gauche.

C’est vrai, il n’y a plus de gauche et de droite, puisque les extrêmes se rejoignent, il n’y a que le centrisme, l’universalisme centriste.

alain harrison 4 janvier 2021 à 23 h 19 min

Défaut d’une personne qui rabâche, c’est-à-dire qu’elle redit sans cesse et de manière lassante la même chose. Exemple : Je n’en peux plus de son rabâchage, je crois que si j’entends encore une fois son histoire, je vais exploser:

L’universalité de l’universalisme capitaliste et communiste Républicaine dans un véritable universalisme de la vraie culture universelle et du sport universaliste…….

«« C’est elle qui est à l’oeuvre pour construire chaque jour le nouveau monde, »»

De quoi parlez-vous ?

alain harrison 5 janvier 2021 à 1 h 47 min

Le « duopole » droites extrêmes, la république en marche, n’est pas fait par la république en marche mais par les deux gauches qui sont redevenues la fausse gauche.
La droite est le pouvoir, et a ses masques.

La droite (Macron) ne fait qu’instrumentalisé les divisions de la gauche (de PS à FI), de la fausse gauche à la tentative de renouveler la gauche et rassembler. Ce qui n’est toujours pas claire. Les 4 sorties sont au coeur des litiges. Et cette question est fondamentale versus une véritable alternative.

L’économie capitaliste financière a conquis la terre entière, indifféremment des cultures.
Le travail qu’il soit de l’Est ou d’Extrême-Orient, est sur le même mode d’exploitation.
Le capitalisme extractiviste et du profit à court terme est mobile et délocalisable à souhait, à travers le marché mondial du consumérisme, qui prend de l’ampleur paradoxalement à son corollaire, qu’est l’appauvrissement suivant la délocalisation. Mais, le marché des monopoles est un marché de l’offre, alors qu’un marché diversifié est un marché de la demande. Il y a une différence dans leurs conséquences collatérales spécifiques.

Comment contrer ce continuum historique ?

Corollaire: Proposition dérivant immédiatement d’une autre.
Conséquence, suite naturelle.

L’économie capitaliste serait naturelle, suivant le concept de compétition naturelle pour la survie dans le cadre de l’évolution naturelle. Et l’être humain n’ échappe pas à sa véritable origine et la compétition pour le territoire et les ressources. Il en est de même aujourd’hui. Comme Marx l’a souligné, cette poursuite c’est transformée en recherche de profits, qui dispense le pouvoir dont les conséquences collatérales aboutissent à son effondrement, comme semble l’indiquer la dégradation des milieux terrestres et océaniques. Nous sommes au stade de la course entre la dégradation versus la réparation, que soulève la pandémie versus les activités humaines. L’extractivisme, la recherche du profit à court terme et le consumérisme forment une synergie imparable et confirme la prédiction de Marx, l’effondrement du capitalisme par lui-même. Et le capitalisme n’est qu’une idéologie (montage cohérent d’un système économique particulier, soit financier et ses nombreux rouages qui le rendent réel (toutes ses institutions, FMI, etc).

Alors que le système de cotisation lié au travail tempérait les appétits sans privation des besoins. Et même, donnait accès à une certaine aisance. Les 30 glorieuses. Mais le libéralisme et ses PUB envahirent le terrain de l’information.
De la dernière mode convoité (les années 60) au clientélisme individualisé (et la relativité des opinions ou réalité alternative, virtuelle).

Nous sommes au stade de la confusion: opinion versus réalité ???

Vue d’ensemble et cohérence du questionnement
Marx: c’est aux citoyens travailleurs de prendre l’initiative (peut-être le dirait-il ainsi). Jaurès l’a dit. Il reste à le faire.

Moreau 5 janvier 2021 à 9 h 46 min

Dans sa vision l’universalisme est fait de libéralisme universaliste, de socialisme universaliste, de communisme universaliste ; mais ceux-ci sont déformés comme encore en ce début janvier 2021 alors qu’ils sont déjà ostracisés par l’ostracisme frappant la poésie du vivant depuis cinquante ans ! Et je ne vois pas comment les Hommes peuvent réaliser leur salut sans réaliser une révolution intelligente de coeur toujours absente dans toutes les choses.

FAUDEMER 10 janvier 2021 à 14 h 42 min

dernier paragraphe ….. Alors, si 2021 …..si la colère se transforme en espoir. … ET NON ! , si la colère s’exprime enfin en nous rassemblant, seul on ne peut pas grand chose TOUS UNIS ON POURRA , donc si en 2021 la colère nous rassemble et impulse le changement obligé .

alain harrison 10 janvier 2021 à 21 h 14 min

Oui , mais quels changements sur lesquels se mettre d’accord, pas les intérêts des uns et des autres, mais, les grandes lignes qui vont permettre les ajustements bien fondés. Et par quelle voie effective?

Et le consensus est la seule possibilité.

L’économie est la pierre angulaire, le reste lui est assujetti. Tant que cela n’est pas compris, la errance est garantie. Et la stratégie du libéralisme est de nous garder en terrain mouvant.
Pour se donner une petite idée:

Renforcer les moyens d’action du syndicalisme pour garantir une citoyenneté sociale effective

«« Il y a donc un indéniable paradoxe à vouloir faire de l’entreprise le lieu principal de régulation, alors que la notion même d’entreprise est de plus en plus difficile à saisir, avec le développement de formes d’entreprises en réseau, la multiplication des rapports de sous-traitance ou le recours au système de franchise. De surcroît, le lien des travailleurs à une entreprise clairement identifiée ne va pas toujours de soi. De nombreux statuts d’emploi ou d’activité autorisent en effet des relations intermittentes à l’entreprise (CDD, intérim, temps partiel, contrats de mission…), quand ils n’estompent pas l’idée même d’employeur (relations de travail triangulaires ou multi-employeurs et substitution du contrat commercial au contrat de travail avec l’intérim, le portage salarial, l’auto-entreprenariat). Le cas de McDonald’s en France témoigne par exemple d’un usage stratégique de la forme franchise et du travail intermittent des étudiants qui prive les salariés de leurs droits sociaux et syndicaux [4] »»

Sur: Entre les lignes entre les mots

On peut dire que le libéralisme est éclaté, insaisissable et abstrait dans un sens, Pourtant ses institutions internationales (extra-territoriale) sont biens concrètes et forment une synergie implacable. Et il continue à faire pousser de nouvelles tentacules.

L’état de droit est encore une institution essentielle et la Constitution son fondement légitime et légal.

Voyons ce que dit:

Frédéric Lordon : un gouvernement Mélenchon, serait KO avant même de prendre ses fonctions !
Un extrait de l’interview donnée par Frédéric Lordon au site Hors-série. (3 min)

D’après celui-ci, les élites de la finance tenteraient de faire un putsch financier si un gouvernement de gauche était élu en France ; le cas de la FI est évoqué.

À voir absolument. (3 min)

C’est assez claire merci.

C’est pas les artistes qui vont sauver le monde, encore bien des mythes sur le monde des arts, artistes, etc….

Ce sont les femmes et les hommes qui auront une vue d’ensemble et un questionnement cohérent qui initieront le changement.
Marx avait cette connaissance, mais pourquoi ne l’a-t’il pas transmis ?

Krishnamurti et Korzybski ont, à leur manière, signalé cette connaissance (vue d’ensemble et cohérence du questionnement . Mais, la plupart n’en voient pas la pertinence.

alain harrison 10 janvier 2021 à 21 h 26 min

Krishnamurti et Korzybski ont, à leur manière, signalé cette connaissance (vue d’ensemble et cohérence du questionnement . Mais, la plupart n’en voient pas la pertinence.)

Nous sommes la somme de l’Histoire, et notre compréhension du Monde est progressive et appartient à l’Époque correspondante. Mais, avant que l’ensemble des femmes et des hommes en prennent la pleine dimension, doivent dépasser le conditionnement qui empêche de voir.

Bien sûr, le monde artistique peut participer, comme l’ensemble des secteurs des activités humaines (vue d’ensemble et questionnement cohérent), dépasser les débats d’ «  »opinions » ».
Pour voir le bien fondé.

GREA ..Charles 11 janvier 2021 à 0 h 12 min

Pour lutter contre cette «  »fausse gauche «  » qui fait le lit de la droite …il faut démontrer que l’ un de leurs objectifs qui est l’appat du gain est une escroquerie..!!!!…Bon nombre d’élus se » »gavent «  »avec les indemnités diverses qui accompagnent leurs mandats …. qui sont pour la plupart «  »non imposables «  » et en plus proviennent des impôsitions ….Combiens doivent se retrouver après 20 où 30 ans de mandats ..dans des situations de «  »possessions » » qui si elles étaient démontrées …éloigneraient leur électorat ….La solution. serait une modification du «  »système fiscal » » en expliquant à ceux……… qui tout en étant modestes…… se prennent pour des bourgeois …. craiggnant que cette modifiquation les accableraient encore plus alors qu’elle pourrait les avantager…….. .

LEPERS DEJEHANSART FRANCOISE 11 janvier 2021 à 10 h 54 min

EXCELLENT

UNE GOUTTE = UNE GOUTTE =UNE GOUTTE = L’OCEAN

SANTE HARMONIE ET TENDRESSE

alain harrison 12 janvier 2021 à 9 h 29 min

«« Les combats nouveaux doivent intimement mêler régénération démocratique, »»

Régénérer la démocratie, une excellente idée. Par qui et comment ? Sur quel fondement ?

Il y a la question des institutions.

Mais, régénérer peut n’être que régénéré le statu quo.

Changer sans rien changer!

De la naissance médicale à la naissance sans violence

Il faut lire Naître et ensuite. Vous y verrez toute l’ampleur des arguments et opinions (oui mais).

Il y a un tel manque de sérieux………. et cette incapacité de voir, enfoncé dans la pensée qui se prend pour la réalité, (Krishnamurti et Korzybski)

alain harrison 12 janvier 2021 à 20 h 35 min

Bonjour.

2021, une année à inventer.

Et si les gauches s’inspiraient, de leurs expertises présente et passé, des uns et des autres, des peuples entre eux.

Retour dans le passé.

L’ASSEMBLÉE CONSTITUANTE, UN VISAGE NOUVEAU POUR LA RÉPUBLIQUE
7 juin 2017
«« On mesure le pouvoir d’un champ médiatique abandonné par la gauche aux grands groupes privés quand on voit qu’un pays qui a mené plus de scrutins que tout autre processus progressiste dans le continent latino-américain, qui dispose de ce que Jimmy Carter appelait dès 2012 « le meilleur système électoral du monde » et dont la majorité de l’économie et des médias sont privés et d’opposition, soit perçu comme « une dictature ». Les grands médias n’ont pas seulement transformé une insurrection de droite en « révolte populaire », un État qui se défend en État « répressif », une guerre économique en « pénuries dues au modèle socialiste ». Ils ont invisibilisé 18 ans de démocratie participative, en occultant ces mouvements sociaux qui aujourd’hui discutent des points de la nouvelle constitution : égalité de genre, mariage homosexuel, droit à l’avortement et droits de la femme en général, écosocialisme et protection de l’environnement, nouveaux mécanismes de pouvoir citoyen, droits culturels nouveaux… »»
Venezuela Infos WordPress

Traduction : Frédérique Buhl et Thierry Deronne

Il est temps de construire les liens entre les peuples: l’institution mondiale des peuples, par les peuples pour les peuples (comités citoyens).

Mais il faut d’abord et parallèlement les Maisons du Peuple, dans chaque municipalité et les arrondissements (grandes villes ).

Poser des choses concrètes: Maison du Peuple

Le fond mondial des peuples, une institution contrôlé par les comités citoyens représentatifs.

(Maison des Peuples)

Inventer le passage du capitalisme faillite vers l’alternative créatrice des Peuples.

Pour Jean Jaurès, la révolution socialiste n’est concevable que dans le cadre de la légalité démocratique, c’est-à-dire par une conquête graduelle et légale par le prolétariat des institutions parlementaires et de la puissance de la production.

Tout le PIB à la Cotisation (une expertise) incompatible dans un système capitaliste.

Pour quitter le capitalisme, les pays d’Europe ont des défis à relever.

alain harrison 19 janvier 2021 à 5 h 52 min

Bonjour.

Le financement est le nerf de la guerre. Juste pour survivre.

Mais quand est-il d’aller sur place pour informer de première main ?

Une initiative:

Colombie : 120 défenseurs des droits de l’homme assassinés et 255 personnes tuées lors de 66 massacres en 2020 (ONU) par alain harrison
Bonjour.

La Colombie est totalement sous l’emprise du Grand Crime Organisé, on ne verra pas le temps où un parti progressiste prendra la relève.
Mais pour l’instant, l’Équateur va entrer en élection.

Les Deux Rives :

Bonjour,

Nous poursuivons notre série pour vous permettre de saisir les enjeux des prochaines élections en Équateur. Et nous mettons à votre disposition les dernières actualités et analyses sur l’Amérique Latine paru sur le site les2rives.info. N’hésitez pas à partager le contenu, à nous écrire et à nous soutenir !
Campagne de financement participatif pour réaliser des reportages en Équateur durant les élections du 7 février 2021
Un point sur notre campagne de financement participatif pour réaliser des reportages sur le terrain en Équateur durant les élections du 7 février 2021.

Nous avons atteint 47% de la somme nécessaire à nos frais de voyage et de logistique sur place.
Les Deux Rives

Ne serait-il pas temps que la gauche organise un organisme officiel pour ramasser de l’argent pour justement financer de telles reportages sur place, pour des événements d’ampleur ?

La gauche perd son temps dans des débats qui divisent. Il est temps de prendre des actions constructives. Mais est-il trop tard ?

Ce commentaire, je l’ai laissé sur le site Le Grand Soir
10 janvier 2021
Colombie : 120 défenseurs des droits de l’homme assassinés et 255 personnes tuées lors de 66 massacres en 2020 (ONU)
ONU INFO

Un organisme de collecte d’argent ?
La pensée, la promouvoir…………………………
La gauche doit faire du ménage dans ses rangs avant que le virus PS ne la contamine.

Une sugestion

alain harrison 19 janvier 2021 à 6 h 38 min

Nous sommes plus de 7 milliards d’humains, et l’injustice risque de prendre le pas sur toutes solutions plausibles.

La géopolitique domine ( guerres, …….compétitivité versus solidarité).

Les peuples sont divisés sur la base des classes qui divisent, mais le libéralisme a réussi à développer une mentalité clientéliste qui se voit un peu comme exceptionnelle (?).

Cette espérance de monter dans l’échelle de classe. Les start-ups sont la nec plus extra, et les nouveaux investisseurs les GAFAM ?

Les GAFAM sont les enfants de la déréglementation et du nouveau paradigme managérial (Thatcher-Reagan).

En finir avec l’abus du droit de grève !
par Spartacus Lequidam (son site)
samedi 9 juin 2018

Vous subissez une inflation de blocages et privations et d’atteinte à votre liberté individuelle ?De votre liberté ces grévistes n’en ont cure !

Ils vous méprisent, ignorent vos droits légitimes. Votre vie personnelle ou professionnelle est bafouée et humiliée et ils vous prennent en otage.

Ils estiment leur « égo revendicatif » supérieur à votre liberté. Il n’y a que eux qui comptent.

Ils vous empêchent de vivre libre. De disposer des moyens auquel vous avez droit.

Mais en ont-ils le droit ? Le droit de grève est-il un droit ? Non c’est un « faux » droit.

Vous êtes tellement conditionnés depuis l’enfance par une éducation nationale marxisée que vous n’avez jamais fait attention que le droit de grève n’est pas et n’a jamais été un vrai droit. Comment pouvez-vous croire à l’absurdité qu’un acte de contrainte, voire de violence envers autrui soit un vrai droit ?

L’enfant gâté n’a pas de limite.
Trump en est l’exemple type de la turbulence.
Macron est toute finesse
Trudeau suit le courant

En passant, les conservateurs (Canada) se défendent de l’extrême droite, ils se veulent le centre droit modéré, la politique du grignotage.

Les USA, un parti unique, depuis toujours, face répulicaine qui alterne avec la face démocratique. Faut croire que les états-uniens ne se sont jamais posés de questions.

La France, la Ve République. qui l’a inaugurée ?

La Cinquième République, ou Ve République, est le régime politique républicain en vigueur en France depuis le 4 octobre 1958. Elle a succédé à la Quatrième République, qui avait été instaurée en 1946. Elle marque une rupture par rapport à la tradition parlementaire de la République française dans la volonté de renforcer le rôle du pouvoir exécutif. Elle est régie par la Constitution du 4 octobre 1958, approuvée à une très large majorité par voie référendaire le 28 septembre précédent. Elle a été mise en place par Charles de Gaulle, qui en est élu premier président.

Ce régime est qualifié de semi-présidentiel en vertu des pouvoirs accordés au président de la République. Le rôle central de ce dernier est consolidé par la légitimité découlant de son élection au suffrage universel direct, instaurée par référendum en 1962, ainsi que par l’alignement de la durée de son mandat sur celui de l’Assemblée nationale depuis 2002.

En place depuis 62 ans, 3 mois et 13 jours, la Cinquième République est le régime républicain français le plus stable après la Troisième République (1870-1940).

Wikipedia

«« depuis le 4 octobre 1958. »»

Et dire, qu’il y a eu des présidents de gauche ??????

Mais voyons encore

La Quatrième République, ou IVe République, est le régime républicain en vigueur en France du 27 octobre 1946 au 4 octobre 1958.

Les élections législatives, qui ont lieu le même jour, mettent en avant trois partis principaux : le Parti communiste français (PCF), qui a tiré un grand prestige de son rôle de force de résistance et de la victoire de l’URSS, le Mouvement républicain populaire (MRP) d’inspiration démocrate-chrétienne et la Section française de l’Internationale ouvrière (SFIO). Ces derniers forment par la suite une force gouvernementale unie, que l’on nommera le tripartisme.

Après la formation de la nouvelle Assemblée, celle-ci élit le chef du nouveau gouvernement, Charles de Gaulle, à qui revient la formation de son gouvernement : il nomme les ministres, théoriquement en fonction de la représentation respective de chacun des trois partis. De Gaulle se méfie des communistes, alors qu’ils sont arrivés en tête, et ne leur accorde que cinq ministères. Par contre six portefeuilles sont attribués à des fidèles du Général qui n’appartiennent à aucun des trois partis : cette décision marque le point de départ de fortes divergences entre de Gaulle et les partis politiques représentés à l’Assemblée. Pour ne rien arranger, l’élaboration d’une nouvelle constitution se révèle très difficile. De Gaulle, suivi par le MRP, souhaite un régime bicaméral (à deux chambres), doté d’un président de la République puissant et « au-dessus des partis » (il précisera ses idées en juin 1946 dans son discours de Bayeux), alors que les socialistes et les communistes condamnent l’octroi d’un pouvoir fort au chef de l’État. La demande socialiste d’une réduction de 20 % des budgets militaires révolte définitivement le Général, qui démissionne de manière spectaculaire le 20 janvier 1946, dénonçant le « régime exclusif des partis ».
WIkipedia

Les Français ont oublié.

alain harrison 19 janvier 2021 à 6 h 51 min

La présidence de Charles de Gaulle a commencé le 8 janvier 1959, lorsque de Gaulle prend ses fonctions de président de la République au palais de l’Élysée, en succédant à René Coty.

Outre la présidence du Gouvernement provisoire du 1er Septembre 1944 à Novembre 1945, la présidence Charles de Gaulle a dirigé six gouvernements successifs, placés sous l’autorité des Premiers ministres Michel Debré, Georges Pompidou et Maurice Couve de Murville :

Wikipedia

La gauche devrait faire le point, et reprendre là où il faut.

alain harrison 19 janvier 2021 à 7 h 45 min

Bonjour.

Rien échappé ?

««« De Gaulle se méfie des communistes, alors qu’ils sont arrivés en tête, et ne leur accorde que cinq ministères. Par contre six portefeuilles sont attribués à des fidèles du Général qui n’appartiennent à aucun des trois partis »»»

Six portefeuilles___ Non élu ???

Guaido c’est auto proclamé président par intérim du Venezuela, une tentative de coup d’état soft.
Quand l’opposition était majoritaire, trois députés frauduleux.
Il a fallut l’intervention de la court institutionnelle et une constituante pour contrer un autre coup d’état. Une pratique courante dirigé par les US. Souvenons-nous de l’Irak et les bombes à uranium appauvri (une façon __la guerre préventive ou humanitaire, on ne sait quoi___ commode de se débarrasser de déchets encombrants.
Ha! ces états-uniens, quel imagination, et en même temps de faire du profit « à retardement », pourquoi pas, en passant par le FMI qui ne veut qu’aider contre quelques concessions.
Mais , il y a un nouveau joueur, la Chine.
Biden, ne s’entoure pas de gens claire voyant, il fait pire que Obama.

Claire voyant, des gens qui comprennent qu’il faut changer, et non dans la continuité modifiée.

Des millénaires de croyance religieuse, la référence au réel.
Mais, la grande majorité n’est pas encore rendu au XXI e siècle: vue d’ensemble et cohérence du questionnement.

Il est certain que la majorité a besoin de croire, mais espérons qu’une part importante de la jeunesse se posent des questions et comprennent ce besoin.

Le respect est sans doute la valeur la plus haute dont aura besoin l’Humanité dans le courant de ce siècle.
Ce sera le règne de cette valeur ou ……….

C’est mon opinion

Répondre à GREA ..Charles Annuler la réponse

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter